Abonnez-vous pour 1€

Coronavirus: peut-on s’attendre à un assouplissement avant le 1er mars? «C’est très mal parti», prévient Yves Van Laethem

Coronavirus: peut-on s’attendre à un assouplissement avant le 1er mars? «C’est très mal parti», prévient Yves Van Laethem
Belga

La nouvelle est tombée ce mardi soir : les mesures actuelles visant à limiter la propagation du coronavirus en Belgique sont prolongées jusqu’au 1er mars, comme le mentionne un nouvel arrêté ministériel publié au Moniteur Belge. Cependant, la prolongation des règles via ce nouvel article permet surtout de ne pas avoir de « vide juridique » autour des mesures qui étaient initialement applicables jusqu’au 15 janvier. Des assouplissements sont donc toujours possibles avant le 1er mars.

À quels types d’assouplissements peut-on alors s’attendre d’ici là ? Un nouveau Comité de concertation se réunira le 22 janvier et « des adaptations sont éventuellement possibles à ce moment si la situation le permet », comme l’a mentionné ce mercredi le cabinet du Premier ministre Alexander De Croo. Aucun assouplissement majeur ne devrait toutefois être annoncé à cette date.

« Pas avant fin février, sauf surprise »

En effet, la Belgique enregistrait une moyenne de 2.070 nouveaux cas quotidiens de Covid-19 entre le 3 et le 9 janvier, ainsi que 124 nouvelles hospitalisations. Nous sommes encore bien loin du seuil des 800 contaminations et 75 hospitalisations par jour que les autorités souhaitent atteindre pour envisager un allégement des mesures sanitaires.

Un seuil que l’on n’atteindrait pas avant fin février « sauf surprise », selon Yves Van Laethem. Et en comptant les trois semaines de consolidation nécessaires à un relâchement, nous arrivons… à la mi-mars.« Si les chiffres recommencent à flamber, on n’en parle même pas », ajoute-t-il.

► « C’est très mal parti pour un assouplissement avant le 1er mars », prévient Yves Van Laethem.

► Les métiers de contacts pourront-ils bientôt reprendre leurs activités ? Qu’en est-il du secteur de l’horeca  ? Le porte-parole du Centre de crise répond.

Du changement est à prévoir dans le courant du mois d’avril  !

Notre sélection vidéo