Barbara et Maureen Louys: «On a une relation fusionnelle» (vidéo)

Vidéo
Les deux soeurs se dévoilent en toute complicité. © Nathalie Gabay
Les deux soeurs se dévoilent en toute complicité. © Nathalie Gabay

Barbara, durant ces six dernières années, la télé vous a beaucoup manqué ?

Pas vraiment. Avec « C’est du belge », j’étais arrivée à un stade où j’avais fait le tour. J’ai rencontré énormément de personnes passionnées, inspirantes, j’ai eu la chance de mettre en valeur plein d’artistes et de créateurs. Mais je commençais à refaire les mêmes sujets. Il n’y avait plus ce plaisir de la découverte. J’avais l’impression d’avoir fini un cycle.

Vous revenez là où on ne vous attendait pas, sur LN24, la chaîne d’info belge !

Après la RTBF, je n’ai fait aucune démarche pour revenir dans les médias. J’avais besoin d’une vraie pause. J’ai développé mes boutiques de bijoux, B by Barbara Louys. Puis, au printemps, avec le premier confinement et les magasins fermés, j’ai commencé à faire des live sur Facebook pour mes collections. Et j’ai repris goût à la caméra, à l’interaction avec les spectateurs… A l’automne, j’ai été invitée dans le « John Late show » sur LN24 pour parler des commerçants et de la crise. Et il y a un mois, Joan Condijts, le patron de LN24, m’a proposé de présenter un magazine sur l’immobilier, « Le mag Immo ». Ça m’a directement séduite.

En quoi consistera l’émission ?

Deux fois par mois, je vais à la rencontre des acteurs de l’immobilier, résidentiel ou commercial. Je recevrai par exemple le bourgmestre d’Anderlecht pour évoquer toute la réaffectation autour du canal, je parlerai du développement de Tour & Taxis… C’est varié. L’émission, qui est préparée avec Philippe Coulée, passe le samedi matin et est multidiffusée ensuite, le dimanche à 13 h, le mardi à 23 h…

C’est un nouveau défi ?

Oui, je me retrouve plongée dans un milieu où, à la base, je ne connais personne. Je retrouve les sensations que j’avais quand j’ai débuté à la télé. Je sors de ma zone de confort, ce que j’adore.

Vous revenez sur une chaîne à l’audience forcément moins importante que la RTBF. Ça ne vous a pas fait hésiter ?

Pas du tout ! J’ai découvert LN24 durant le confinement et, sans flagornerie, j’adore cette chaîne. En plus, j’ai retrouvé de nombreuses personnes que je connais déjà, c’est une équipe dynamique.

Maureen, vous sentiez que votre sœur allait revenir un jour à la télé ?

Elle me disait que ça lui manquait, mais surtout pour l’ambiance, l’aspect humain, plutôt que l’antenne. Quand elle a quitté la RTBF, elle a eu tellement de projets, avec ses boutiques, qu’elle avait de quoi s’occuper. Elle n’a pas bataillé pour revenir en télé. C’est l’opportunité qui fait qu’elle est de retour.

On imagine que pour vous, le licenciement de votre sœur de la RTBF n’a pas été simple à vivre…

Ça a été compliqué. L’ambiance était électrique. Je l’ai assez mal vécu. En plus, si je suis à la RTBF, c’est grâce à Barbara, qui m’a donné ma première émission, « Tu passes quand tu veux », qu’elle produisait. On était tout le temps ensemble. Je me suis retrouvée orpheline. J’ai détesté ce moment. Mais avec le recul, je pense que ça a été une bonne chose que Barbara soit partie. Elle a accompli tellement de choses depuis.

« Le Mag Immo », samedi 16 janvier à 10 h 10 sur LN24

Retrouvez l’intégralité de l’interview et de notre reportage dans le Ciné-Télé-Revue qui sort en librairie ce jeudi 14 janvier.