Nouvelles révélations sur la mort de Marie-France Pisier

Marie-France Pisier est décédée en 2011. ©
Marie-France Pisier est décédée en 2011. © - Isopix

Depuis sa sortie, ce livre a jeté un pavé dans la mare, à l’instar de l’effet qu’a eu « Le consentement » de Vanessa Springora l’année dernière. Camille Kouchner, fille de l’ex-ministre de Sarkozy et fondateur de Médecins du monde, a déballé au grand jour un secret de famille, que le Tout-Paris connaissait mais que le silence a couvert. Il concerne Olivier Duhamel, politologue renommé, était un habitué des plateaux télé et radio : LCI, Europe 1, France Culture… Prof à Sciences Po, auteur de nombreux ouvrages de droit constitutionnel, conseiller de ministres, dans les arcanes du pouvoir, le beau-père de Camille Kouchner était une figure de l’intelligentsia. Mais la face B est moins reluisante. La nuit, il se glissait dans le lit de son beau-fils de 14 ans « pour l’initier à ce que tout le monde fait ».

Le récit de Camille déballe des détails scabreux : il s’amusait à mesurer le sexe de l’adolescent, faisait des photos des fesses et des seins de ses beaux-enfants… Lorsqu’en 2008, son secret est éventé, l’homme nie, puis accuse son beau-fils d’être pervers, avant d’avoir l’audace de parler d’« histoire d’amour ». Le comble aura été l’omerta de l’entourage, au courant de son vrai visage, mais qui a préféré le silence comme protection. Cette bombe littéraire a enfin débouché sur l’ouverture d’une enquête du parquet de Paris pour viols et agressions sexuelles.

Glaçant aussi est le comportement de la première femme de celui qui fut ministre des Affaires étrangères sous Sarkozy, décédée en 2017 après des années à sombrer entre dépression et alcoolisme. Quand Evelyne Pisier, ex-maîtresse de Fidel Castro, prof de droit, politologue, écrivaine, a connaissance des abus perpétrés par son mari sur son fils, elle ne prend pas la défense de ses enfants. Elle n’adopte pas une posture de déni, mais s’emporte dans une colère qui protège davantage le bourreau. «  Salauds, vous avez tout balancé ! Je hais votre perversité ! » sera sa réponse. Et d’inverser les responsabilités : « Il n’y a pas eu de violence. Ton frère n’a jamais été forcé. Mon mari n’a rien fait. C’est ton frère qui m’a trompée », a-t-elle répondu à sa fille.

Quel est le rôle de la figure paternelle dans ce drame ? Le portrait que dépeint Camille Kouchner n’est pas glorieux… Cofondateur de Médecins sans frontières et de Médecins du Monde, Bernard Kouchner n’est pas le parangon de l’altruisme qu’il montre face caméra, mais un père absent. Les rares fois où il accueillait ses enfants chez lui, il allait même jusqu’à leur donner un somnifère relativement tôt dans la soirée, afin qu’ils dorment rapidement. « Bernard hurlait. Il nous terrorisait, nous reprochait le malheur du monde », a expliqué Camille Kouchner dans son ouvrage. Néanmoins, quand il apprit l’inceste, il voulut « péter la gueule d’Olivier », mais sa fille l’en a dissuadé. Aujourd’hui, il salue le courage de sa fille d’avoir levé ce secret.

Mais là où ce recueil prend un tour plus people, c’est qu’il éclaire d’un autre jour le décès de la comédienne Marie-France Pisier, sa tante maternelle. En 2011, Marie-France Pisier a été retrouvée morte dans la piscine de sa villa de Saint-Cyr-sur-Mer, dans le Var. Le corps de la comédienne avait été découvert coincé dans une chaise en fer forgé. Cause du décès : un accident fatal. Mais le livre de sa nièce balaie cette thèse, l’actrice se serait suicidée, minée par ce lourd secret familial. Au courant de l’inceste, elle a été la seule à ruer dans les brancards, sommant sa sœur de quitter son époux. « Dès qu’elle a su pour Olivier, Marie-France a parlé à tout le monde. Elle voulait lui faire la peau », a confié Camille Kouchner, qui lui dédie le livre. Ce différend a généré des tensions irréconciliables entre les sœurs. Le fantôme de cette tante protectrice est encore aujourd’hui l’unique allié de Camille Kouchner. «  Marie-France est la seule personne qui m’a écoutée, entendue, crue. Qui m’a donné de la force, et même si ça a l’air un peu mystique, alors qu’elle est morte depuis presque dix ans, elle est là avec moi. Quand je me sens flancher je pense à elle », a-t-elle déclaré.