Abonnez-vous pour 1€

Les tatoueurs de Wapi crient à l’injustice et veulent bosser: «On ne peux pas travailler, alors que c’est autorisé à moins de 5 minutes d’ici»

L’impatience et l’inquiétude montent chez les tatoueurs de Wapi.
L’impatience et l’inquiétude montent chez les tatoueurs de Wapi. - D.R.

Plusieurs fois par semaine, Vito Collura rejoint son superbe salon de tatouage de la rue de Tournai, pour y faire un peu de dessin, seul dans sa boutique. « C’est en quelque sorte devenu mon atelier, j’y dessine surtout sur tablette, histoire de m’occuper, de m’exercer, de créer ».

Le tatoueur qui a connu un succès fulgurant dès l’ouverture de L’Omerta Tattoo, lors du précédent déconfinement, a même rouvert son carnet de rendez-vous pour le mois de… mars, voici quelques jours. « Dans l’espoir qu’on pourra enfin travailler d’ici-là » explique le jeune homme.

►► Le tatoueur dépeint une situation « qui est devenue complètement critique ».

►► « On ne peux pas travailler, alors que c’est autorisé à moins de 5 minutes d’ici, en France »

Notre sélection vidéo