Abonnez-vous pour 1€

Trois inspecteurs de police bruxellois acquittés pour des violences en 2013: la victime avait été transportée à l’hôpital pour une fracture du crâne

Belga
Belga

La victime avait été transportée à l’hôpital après son passage par le poste de police, souffrant d’une fracture du crâne, d’une fracture du nez et de deux tympans perforés. Selon le tribunal, il n’est cependant pas établi que ces blessures ont été causées par les policiers.

Les faits se sont produits tôt le matin du 14 janvier 2013, lorsque l’homme de 40 ans avait été interpellé par la police bruxelloise dans un bar et conduit au commissariat.

Selon son avocate, après une fouille, l’homme avait été violemment frappé par trois policiers. Elle avait décrit des coups de pied partout sur le corps et à l’aide d’une matraque au niveau des parties intimes. Ce n’est que quelques heures plus tard qu’une ambulance avait été appelée. Les blessures avaient ensuite été diagnostiquées à l’hôpital.

Un manque d’éléments pour démontrer la culpabilité

Le parquet de Bruxelles avait requis l’acquittement des policiers en raison d’un manque d’éléments démontrant avec certitude des violences policières.

Le tribunal a suivi ce réquisitoire, indiquant que l’enquête ne permet pas de déterminer quand et dans quelles circonstances l’homme avait subi ces blessures.

Notre sélection vidéo