Abonnez-vous pour 1€

Catherine Fonck est préoccupée par les variants du virus: «On a deux mois pour vacciner un maximum de gens»

Catherine Fonck est préoccupée par les variants du virus: «On a deux mois pour vacciner un maximum de gens»

Vous êtes sur tous les fronts dans ce combat contre le virus. L’opposition s’est trouvé une ministre de la Santé bis ?

Il y en a déjà neuf, vous n’allez pas en inventer une dixième ?! Mon rôle n’est pas de m’opposer pour le plaisir, mais de faire écho à ce qui fait de bien, mais aussi à ce qui coince. Mon job est de faire bouger les lignes, surtout qu’il y a déjà eu plusieurs moments clés dans cette pandémie où l’on a minimisé la gravité de la situation. Ici encore, la vaccination a démarré trop lentement et ces variants (britannique, sud-africain) nous obligent à courir plus vite que le virus. On ne peut plus avoir un temps de retard sur lui. Nous sommes capables de gagner ce combat, mais il faut accélérer.

On vous répondra que la vaccination est un marathon…

Un marathon qu’il faut courir à la vitesse d’un sprint. L’expérience de pays étrangers montre que l’on a deux mois avant que ce mutant britannique se propage de façon alarmante : il faut donc mettre les bouchées triples. Il faut vacciner plus vite, vacciner les résidents des homes et ne pas oublier que sept personnes sur huit de plus de 85 ans et 14 sur 15 de plus de 65 ans habitent encore chez elles. Elles aussi sont fragiles. Il faut accélérer, vacciner sept jours sur sept. On ne peut plus laisser des dizaines de milliers de vaccins dans les congélateurs !

► Même si le rythme a augmenté, ce n’est pas assez rapide, selon elle : « Il faut une mobilisation générale. »

Retrouvez son interview complète ici.

► La députée nous parle aussi de l’idée d’autoriser les tests en pharmacie et des tests salivaires dans les écoles.

Découvrez tous les chiffres du coronavirus dans votre commune

Recherchez votre commune en tapant le code postal ou le nom

Résultat(s) de votre recherche:
Notre sélection vidéo