Abonnez-vous pour 1€

Coronavirus: les Fagnes interdites aux touristes belges et étrangers, des conséquences fâcheuses

Coronavirus: les Fagnes interdites aux touristes belges et étrangers, des conséquences fâcheuses

On était loin de l’affluence de ces derniers jours ce 1er janvier dans les Fagnes mais malgré l’interdiction de circuler et de se garer sur le plateau fagnard, certains touristes avaient fait le déplacement vers le toit du pays pour profiter de la neige. Ils ont évidemment été déçus puisqu’il fallait atteindre les hauteurs pour apercevoir la Fagne sous son manteau blanc. Et seulement quelques kilomètres après avoir vu la neige, les touristes étaient refoulés par les forces de l’ordre. Au lieu-dit de Belle-Croix, un important dispositif était installé et les agents invitaient les automobilistes à faire demi-tour. « La route est complètement fermée. Personne ne passe », indique une policière aux automobilistes.

Déçus de ne pas pouvoir pénétrer dans les Fagnes pour profiter des joies de la neige, certains n’ont pas hésité à se garer, en amont du barrage, le long de la nationale N68. Certains chemins en bordure de route se sont transformés en zone de parking sauvage, soit en vue de s’enfoncer, à pied, dans le bois, soit pour en faire une aire jeux pour les enfants, comme en témoigne une famille allemande.

« On est venus d’Allemagne pour profiter de la neige. Des amis sont venus ici le 25 décembre et avaient trouvé l’endroit très chouette. Ils nous l’ont recommandé pour le 1er de l’An ». Malheureusement, ces visiteurs, comme tous les autres, ont été refoulés par la police. « On ne savait pas que l’accès était interdit. Les enfants avaient envie de jouer dans la neige donc on s’est garé et les enfants jouent et font de la luge », explique le touriste allemand.

Si l’information concernant la décision radicale prise le 31 décembre par le gouverneur de la province, Hervé Jamar, n’a visiblement pas traversé la frontière, en Belgique également certains ignoraient qu’à partir de ce jour et jusque dimanche inclus, il est interdit de circuler et de se garer dans les Fagnes, entre 8 heures et 17 heures. « Nous sommes venus d’Overijse avec toute la famille pour se détendre. On ne peut rien faire à cause du Covid alors cela devait être une sortie agréable », explique une jeune fille qui ne comprend pas cette interdiction. « C’est vraiment bête d’interdire aux gens de venir dans la neige alors que c’est tout ce que l’on peut encore faire. On n’a pas pu partir en vacances, les cinémas sont fermés, impossible d’aller boire un verre à la cote… Je trouve cela scandaleux », détaille la jeune fille dont le véhicule familial a fait l’objet d’un avertissement de la police pour mauvais stationnement.

«Les Hautes Fagnes se sont transformées en Disneyland sous la neige»

«Les Hautes Fagnes se sont transformées en Disneyland sous la neige»

Les bourgmestres sont conscients que cette situation inédite sur le plateau fagnard est due à la crise sanitaire. Les gens ne pouvant (rappelons que les pistes de ski françaises ne font pas le plein à cause de la fermeture des remonte-pentes) ou n’osant quitter le pays pendant les congés scolaires se sont rabattus sur les paysages enneigés du sommet de la Belgique. Nos maïeurs ne pensent donc pas qu’un tel afflux devrait se reproduire les prochaines années.

Il n’en reste pas moins que la situation donne lieu à une réflexion sur certains points, pour l’avenir. « À terme, il faudra réfléchir avec le SPW pour mieux baliser les interdictions de stationnement », expose Jean-Paul Bastin. Dimanche dernier, des voitures mal stationnées ont empêché une ambulance d’arriver rapidement sur une intervention.

Les conditions n’étaient pas non plus optimales pour accueillir autant de touristes d’un jour. Pas idéale donc en termes d’image. « Alors que les autres années on doit faire un peu de pub pour attirer les touristes, cette année avec le covid ça n’a pas été nécessaire. On l’a vu aussi avec la vallée de la Hoëgne à la belle saison. Mais nous ne sommes pas équipés pour accueillir autant de personnes, même si les restaurants avaient été ouverts. Comme il n’y a pas d’accueil à la hauteur à cause du trop grand nombre, ça peut donner une mauvaise image de la région », estime le bourgmestre de Jalhay. « C’est une bonne chose que les touristes viennent mais pas en si grand nombre. Et il y a aussi la problématique des mobilhomes… »

Les bourgmestres peuvent comprendre cet engouement pour cette région exceptionnelle au regard de la crise sanitaire actuelle, qui refroidit de nombreux Belges à quitter le pays. Plus encore avec la neige présente depuis quelques jours. « Les gens ont envie de s’échapper, mais le trop nuit », indique Daniel Stoffels. Et Jean-Paul Bastin de renchérir : « les Hautes Fagnes se sont transformées en Disneyland sous la neige. Un électrochoc était nécessaire. »

Interdiction de se rendre dans les Fagnes les prochains jours: «C’était l’anarchie»

Les autorités ont assisté à une situation inédite dans les fagnes.
Les autorités ont assisté à une situation inédite dans les fagnes. - FH/BB/NL/ZPFagnes

Des dizaines de milliers de touristes, et des milliers de véhicules, ont foulé le sol des Hautes Fagnes ces derniers jours. Du jamais vu. Le gouverneur de la province de Liège, Hervé Jamar, s’est donc résolu à prendre une mesure tout aussi inédite : interdire l’accès à cette région durant trois jours. Du 1er au 3 janvier inclus, il sera interdit d’emprunter les routes et, forcément, de se garer dans les Fagnes. Seuls les services de secours et les bus TEC conservent l’autorisation d’y circuler.

« Cette décision a été prise sous l’impulsion des bourgmestres de Jalhay, Malmedy et Waimes. La situation était devenue ingérable, nous n’en avions plus la maîtrise », confirme Daniel Stoffels, le maïeur waimerais. Le Jalhaytois Michel Fransolet ne dira pas le contraire : « avec 10-15.000 personnes, on ne pouvait pas faire autrement. Les gens étaient parqués sur le nouveau rond-point, sur des parterres, des pelouses. C’était l’anarchie ! »

Mercredi soir, une réunion a donc rassemblé les trois maïeurs, les services du gouverneur mais aussi les zones de police Fagnes, Stavelot-Malmedy, Weser-Göhl, ainsi que les zones de secours, la protection civile, la présidente de la conférence des bourgmestres francophones Valérie Dejardin et son homologue germanophone Luc Frank. « Tous ensemble, nous avons convenu d’aller dans cette direction, mais si ça n’avait pas été le cas, on aurait pris la décision à trois », commente le Waimerais. « Je suis rassuré, ça va pouvoir rentrer dans l’ordre grâce à une décision homogène. »

Problèmes environnementaux et sécuritaires

Cette affluence, sans précédent de mémoires des trois bourgmestres, engendrait des problèmes de trois ordres. « Il y avait un phénomène de non-respect du parc naturel des Hautes Fagnes. Le DNF (département de la nature et des forêts, ndlr) citait, par exemple, des bonhommes de neige dont les bras étaient réalisés avec des jeunes pousses. » Sans compter les nombreux déchets. Des attroupements permettaient difficilement de faire respecter les règles sanitaires, et les policiers étaient débordés. La sécurité de tout un chacun devenait impossible à garantir, à cause des voitures stationnées n’importe où et n’importe comment, entre lesquelles naviguaient les piétons, mais aussi à cause des bouchons générés sur les nationales et sur la E42. « L’autoroute a connu une affluence qui donnait l’impression d’être un dimanche en plein Grand Prix », atteste Jean-Paul Bastin, qui ajoute que de nombreuses plaques étrangères (allemandes, hollandaises) ont été signalées. « Or, on doit permettre aux hôpitaux de Malmedy et Saint-Vith d’assurer le transfert de patients. »

Ce n’est pas de gaîté de cœur que les trois bourgmestres ont appuyé cette décision. « Je ne suis pas pour rejeter des personnes, mais nous n’avions pas vraiment d’autre choix pour que chacun soit en sécurité et qu’on respecte la nature », assure Daniel Stoffels. Cette interdiction de circuler ne procure pas plus un sentiment de satisfaction chez son homologue malmédien. « C’est un pincement au cœur de devoir en arriver là. C’était malheureusement nécessaire. »

Accentuation les derniers jours

Depuis que la neige s’est installée, au moment de Noël, ils ont un temps pensé que les choses rentreraient rapidement dans l’ordre. Mais « la situation s’est accentuée jour après jour avec une concentration sur le plateau fagnard », note Jean-Paul Bastin, le maïeur malmédien. Avec le week-end de trois jours qui se profilait cette fin de semaine, les autorités n’ont plus tergiversé en coupant la zone à la circulation jusqu’au 3 janvier. « On n’aurait pas pu aller plus vite (mettre en place l’interdiction dès ce jeudi, ndlr), il fallait le temps de prendre des arrêtés et de placer la signalisation », explique Michel Fransolet. Le lundi 4 janvier signera la fin des congés scolaires, avec un risque moins élevé d’afflux. « Ce sera trois jours de répit pour la réserve naturelle des Hautes Fagnes », glisse le bourgmestre de Malmedy.

Ce jeudi, avec les nouvelles précipitations neigeuses au-delà du plateau des fagnes, les touristes présents étaient un petit peu moins nombreux sur les hauteurs.

Réouverture des Fagnes le week-end: la signalisation sera renforcée et le stationnement limité

La circulation sera possible mais sous certaines conditions.
La circulation sera possible mais sous certaines conditions. - Belga

« Un groupe de travail composé de représentants des communes de Jalhay, Waimes, Malmedy et Eupen se réunit régulièrement avec des représentants du SPW, des Zones de Police, du DNF, des agences du tourisme pour accompagner au mieux les afflux massifs d’un nouveau phénomène d’un tourisme de masse et répété.

Après deux week-ends de fermeture à la circulation, le plateau fagnard sera laissé ouvert à la circulation ce week-end.

Les parkings en dehors des Nationales seront privilégiés. Les mobilhomes continueront à ne pas être autorisés à s’y stationner, ni à y passer la nuit. Ils seront réorientés vers les aires d’accueil de Sourbrodt, Baugnez, Saint-Vith, Malmedy ou Eupen. Un déneigement est prévu si nécessaire afin d’optimiser le nombre de places disponibles.

– Sur le plateau des Hautes-Fagnes, les parkings de la Baraque Michel, du Mont Rigi, du Signal de Botrange, de la Peak Brasserie… seront accessibles.

Le stationnement le long des Nationales sera autorisé d’un seul côté et uniquement sur certaines parties. Le SPW, gestionnaire des voiries se charge de placer la signalétique ad hoc. Les équipes des zones de police compétentes patrouilleront afin de faire respecter strictement le plan de stationnement et le code de la route.

– Dans les Fagnes du Nord, sur la N67 entre Eupen et la frontière allemande, les parkings de Ternell, Brackvenn et Plattevenn seront dégagés et accessibles.

L’Agence du Tourisme des Cantons de l’Est (ATCE) et l’Office du Tourisme de Sart-Jalhay orienteront leur communication et leurs renseignements vers d’autres magnifiques promenades et paysages présents sur leur territoire et ce, en dehors des Hautes-Fagnes. »

Respect de l’environnement

« Une attention particulière sur la gestion des déchets sera également de mise avec une fréquence de vidange des poubelles renforcée tout en demandant aux visiteurs d’être respectueux de l’endroit singulièrement dans une réserve naturelle.

Une évaluation sera faite après le week-end sur le dispositif, le fonctionnement de la circulation, du stationnement, du respect de la Réserve Naturelle afin d’envisager les mesures pour les prochains week-ends.

Il est demandé aux promeneurs de respecter la nature qui les accueille, en n’y jetant pas leurs déchets, en restant sur les sentiers prévus. Attention les offres de stationnement bien qu’optimisées sont limitées et nous invitons les touristes à envisager d’autres sites moins fréquentés que les Hautes-Fagnes actuellement. Une communication a lieu aussi via l’Euregio pour les visiteurs des pays limitrophes. »

Découvrez tous les chiffres du coronavirus dans votre commune

Recherchez votre commune en tapant le code postal ou le nom

Résultat(s) de votre recherche:
Notre sélection vidéo