Fabienne Carat quitte Plus belle la vie: «Mon départ n’aurait pas pu mieux se passer»

Fabienne Carat quitte Plus belle la vie: «Mon départ n’aurait pas pu mieux se passer»

La dernière véritable scène que vous avez jouée à 2, c’est dans l’appartement de Jean-Paul Boher, avec la jeune actrice qui joue Lucie. Comment l’avez-vous vécue, cette dernière séquence tous les deux ?

Fabienne : Ça faisait un petit moment qu’on sacralisait chaque séquence. Sur le moment, pour tourner la scène, ça allait. Mais l’émotion a été décuplée après, quand toute l’équipe est arrivée sur le plateau. Moi qui déteste les applaudissements, qui déteste des moments comme ça, je remercie vraiment Romane (qui joue la petite Lucie, NdlR) et Stéphane d’avoir été là parce que du coup, j’ai tout fait comme un koala, scotchée à eux, dans les bras de Stéphane. Ça m’a permis de vivre pleinement ces émotions avec douceur. Stéphane : Oui, c’était vraiment un grand moment. Et je me suis laissé avoir ! Déjà, j’ai du mal à réaliser qu’elle est partie… De temps en temps, Fabienne partait comme ça pour un petit temps mais revenait toujours. D’ailleurs, peut-être que tu vas revenir, que ce n’est qu’une blague, non ? (rires) Mais c’est vrai que je me suis laissé avoir quand on l’a applaudie. C’est déjà arrivé dans le passé qu’on applaudisse des acteurs qui partaient de « Plus belle… », mais là, je me suis laissé surprendre. On ne s’attendait pas du tout à ça. Et cette fin de scène, où on s’est pris dans les bras avec Fabienne, j’en ai encore des frissons ! Je te remercie Fabienne, tu devrais partir plus souvent ! (rires)

Il y a 15 ans d’histoire entre Samia et Jean-Paul, et 15 années de complicité entre vous deux aussi. Ça ne se défait pas facilement un lien comme ça…

Stéphane : Ah c’est sûr et en plus, c’est la première fois que j’ai une partenaire aussi longtemps ! Toi aussi sûrement, Fabienne non ? Fabienne : (rires) Oui, oui. J’ai toujours fait confiance à Stéphane, à son expérience d’acteur et de réalisateur. Quand il me disait un truc, je savais que c’était pour un mieux pour la scène. Je lui ai toujours fait aveuglément confiance ce qui a permis de beaucoup avancer. Et on a toujours eu le même rythme dans les scènes, les mêmes réactions.

Vous avez aussi connecté très vite tous les deux. Si ça n’avait pas directement bien fonctionné entre vous, le personnage de Jean-Paul Boher aurait vite disparu…

Stéphane : C’est sûr ! Fabienne : Oui, il n’y a rien de figé dans les scénarios, tout vient de l’inspiration qu’on leur donne. Ce qui avait inspiré les auteurs pour mettre Samia et Boher ensemble, c’est le petit regard de Stéphane sur mes fesses quand je pars ! On a cette complicité, c’est vrai. Pendant quelques années, j’étais un peu fofolle, j’ai toujours été une femme de caractère, je suis une dominatrice qui déteste dominer et les mecs avaient du mal à me dompter, je suis un peu un cheval fou. Mais Steph’, il m’a tout de suite acceptée comme je suis, ça m’a beaucoup marquée. Et je le lui avais dit. Il a aussi une grande sensibilité vis-à-vis de la gent féminine. Stéphane : Je laisse les gens vivre comme ils veulent. J’ai la faculté à relativiser, pour moi rien n’est très grave. J’accepte les gens tels qui sont, même s’ils sont très différents de moi. Et avec Fabienne, ça s’est fait très facilement. Il y a tout de suite eu ce jeu de non-dits entre nous. Ça a marché très vite. Et ça a donné envie aux auteurs de créer ce couple.

Vous vous connaissez très bien. Du coup, Stéphane, est-ce que vous sentiez que Fabienne allait quitter définitivement « Plus belle la vie » ?

Stéphane : Franchement non. Mais en même temps, je comprends tout à fait. Fabienne travaille énormément, plus que moi d’ailleurs ! (rires) Et ça prend beaucoup de temps dans sa vie personnelle. Moi ma vie pro a peu d’impact sur ma vie perso. Elle travaille beaucoup ses textes par exemple. Fabienne : Oui, c’est vrai, quand je faisais des allers-retours en train je bossais sur mes textes, je travaillais jusqu’à pas d’heure. Alors que Stéphane a lui une mémoire très forte, il retient instantanément. Stéphane : Oui mais j’oublie tout aussi vite ! (rires) Mais c’est vrai, j’ai cette chance-là.

C’est ça la raison du départ de Fabienne : que le travail, le personnage de Samia, prenait trop de place ?

Stéphane : C’est ce que j’ai compris… Fabienne ’’: Oui, j’ai toujours essayé de faire d’autres choses en parallèle, mes spectacles, mon écriture, ma musique… Mais ça prend beaucoup de temps. Et surtout quand on a 40 ans – et même si je n’ai pas fait de crise de la quarantaine – on fait un petit bilan. Ce que j’ai fait un peu en écrivant mon livre pour boucler ces 20 années-là. Ce départ s’est imposé à moi aussi en fait. J’ai réalisé que dans 10 ans – parce que ça passe très vite – je n’avais pas envie d’être toujours dans mon petit studio à Marseille à apprendre mes textes jusque pas d’heure et de me demander : « elle est où ma vie ? ». Stéphane, lui, est installé dans le Sud, a sa vie là-bas. Moi, j’y avais juste un petit pied-à-terre qui ne devait pas durer, et puis ça a duré, duré… Je me suis demandé quand ma vie allait commencer.

Comment avez-vous annoncé votre départ à Stéphane ?

Fabienne : Je n’ai pas eu le droit de lui dire. La production m’a interdit de le dire aux équipes pour ne pas les perturber. Et ça a été très compliqué pour moi de cacher ça. Stéphane ’: Ça s’est su à un moment donné, ça s’est ébruité. Ça s’est très bien fait, calmement, facilement. Fabienne : Tout le monde a compris en fait. Il y avait des gens tristes quand même… Stéphane : Oui, la plupart des gens ! Tu es un pilier… Et quand on y pense, au bout de 15 ans, Fabienne qui part et il y avait déjà eu Laetitia Milot… Fabienne : Ça a peut-être ébranlé certaines personnes, fait écho chez certaines aussi. D’autres m’ont dit que j’avais du courage de partir, en me demandant si j’avais quelque chose derrière. Et je n’ai rien derrière. Mon départ n’aurait pas pu mieux se passer. Je voulais que personne ne le prenne mal, surtout pas la production. Parce que mon choix est très personnel. J’étais hyper bien dans cette série, je les adore tous, c’est un endroit très familial.

Est-ce que le départ de Fabienne fait écho chez vous Stéphane ? Est-ce que vous envisagez aussi un jour de quitter « Plus belle… » ?

Stéphane : Non, moi je suis très heureux où je suis. Ce qui est important pour moi, c’est de travailler, de faire mon travail. Et je le fais très bien ici. Je dis souvent que notre vrai travail à nous acteurs, c’est de chercher du travail. Une fois qu’on l’a trouvé, on est là pour s’amuser. Et moi, je m’amuse tous les jours. J’ai cette chance, encore plus par les temps qui courent. On est très privilégiés sur « Plus belle… ». Fabienne : Et c’est pour ça que je suis restée 15 ans, je me suis toujours dit ça : « quelle chance d’avoir un scénario entre les mains, de raconter des histoires, d’avoir un lien comme ça avec le public,. ». Mais j’ai eu un ressenti, et je l’ai écouté, malgré ça.

Mais la manière dont Samia quitte la série, sans que son couple avec Jean-Paul ne se reforme, avec ce retournement de situation, et cette disparition, c’est une belle fin ?

Fabienne : Jusqu’au drame sur la fin, toute l’histoire avec Samia et Jean-Paul, la préparation de leur mariage respectif, a été traitée comme une comédie romantique. J’ai été très contente de tout ça… Stéphane : Toute cette intrigue sur la préparation des mariages etc, c’était formidable, on aurait pu en faire un prime !

Mais vous êtes-vous demandé pourquoi ils ne se remettaient pas ensemble ?

Fabienne : Je me suis surtout demandé pourquoi ils (les scénaristes, NdlR) les avaient séparés ! C’est ça la vraie question.

Stéphane : Après, c’était bien de traiter ça aussi, une séparation. Mais ça avait surpris un peu tout le monde, parce qu’on formait un peu le couple « emblématique » de la série – même si je n’aime pas trop le mot –, le seul qui tenait fort, cette séparation a été un vrai cataclysme. Et ça a donné des scènes superbes à jouer pour nous !

Notre sélection vidéo