Que vaut «Zone Hostile», le nouveau blockbuster d’action de Netflix?

Vidéo
Que vaut «Zone Hostile», le nouveau blockbuster d’action de Netflix?
Netflix

Dans son clip de début d’année, qui donnait un aperçu des sorties de 2021, Netflix promettait au moins un nouveau film chaque semaine et 70 productions originales tout au long de l’année. La promesse est bien tenue pour le moment, avec la sortie de « Pieces of a Woman » la semaine dernière et, dans un style complètement différent, « Zone Hostile », ce vendredi 15 janvier. Dans la lignée de « Tyler Rake » (« Extraction » en VO), et « The Old Guard », le long-métrage fait partie de l’offensive du géant du streaming, dans le blockbuster d’action, décliné ici avec de la science-fiction. On y découvre l’histoire du Lieutenant Thomas Harp (Damson Idris) un pilote de drone, déployé dans une zone militarisée meurtrière en guise de punition, après une bavure. Là-bas, il va travailler pour Leo (Anthony Mackie), un officier androïde chargé d’empêcher une attaque nucléaire.

Même si le résultat n’est pas vraiment bouleversant, le film est finalement plutôt divertissant. On regrette par contre quelques incohérences étranges et pas franchement utiles, et des effets spéciaux moyens. Pourtant, le réalisateur Mikael Håfström, avait réussi, avec « Évasion », sorti en 2013, à manier le nanar d’action, même si celui-là avait l’avantage de réunir à l’écran deux légendes du film d’action, Sylvester Stallone et Arnold Schwarzenegger. Le casting de « Zone hostile », bien que moins prestigieux, fait bien le job. Anthony Mackie (« Captain America », « Falcon et le soldat d’Hiver »), qui se retrouve à nouveau dans la peau d’un soldat surhumain à l’efficacité redoutable, après la saison 2 d’« Altered Carbon » (pas fameuse honnêtement), parvient à habiter ce personnage ambigu avec réalisme. Quant à Damson Idris (« Back Mirror », « The Twilight Zone : la quatrième dimension »), il se démarque avec son jeu d’acteur, même s’il n’a pas grand-chose à faire.

Notre sélection vidéo