Abonnez-vous pour 1€

Assassinat de Marc Dellea: l’examen du corps prouve que le décès est survenu plus tard, selon la défense

Assassinat de Marc Dellea: l’examen du corps prouve que le décès est survenu plus tard, selon la défense
Belga

Me Kennes a axé la majeure partie de sa plaidoirie sur les expertises médico-légales, dont la lecture et la compréhension amènent de facto, selon lui, à la conclusion que le décès de la victime est survenu après le départ des prévenus de l’appartement de l’avenue Mutsaard à Laeken.

Le corps avait été découvert le 8 juillet 2014 vers 15h00 et le médecin légiste avait estimé que le décès était survenu environ 24 heures plus tôt, soit le 7 juillet vers 15h00, de nombreuses heures après le départ des prévenus.

Un autre expert avait quant à lui affirmé que le décès se serait plutôt produit 36 à 48 heures avant, puis un troisième expert a évalué, lui aussi, la mort à environ 24 heures plus tôt, consolidant son propos par la constatation d’absence de signes de putréfaction.

Pour la défense, le crime a donc été commis après que Christian Van Eyken et Sylvia B. sont sortis de l’appartement, et donc l’explication doit être trouvée ailleurs. Les avocats ont déploré que l’enquête ait écarté d’autres pistes, «refusant toute alternative à la culpabilité des prévenus», ont-ils dit.

Ceux-ci ont notamment relevé que l’emploi du temps de la victime avant son décès restait une totale inconnue. «Personne ne sait où était Marc Dellea le soir du 6 juillet 2014 et avec qui il était. N’est-ce pas la première chose à vérifier lorsque l’enquête débute ? «, avait déjà évoqué lundi soir Me Marc Uyttendaele, également conseil de Christian Van Eyken. L’avocat avait cité quelques éléments qu’il estime troublants: le fait que la voiture de Marc Dellea avait été vandalisée peu avant, le fait qu’il gardait une batte de base-ball dans son véhicule et le fait qu’il «trafiquait» les numéros de châssis d’automobiles dans son garage.

Me Kennes et Me Uyttendaele ont dès lors évoqué comme hypothèse tout aussi plausible une intrusion dans l’appartement par une fenêtre à l’arrière. Cette hypothèse, le premier juge l’avait écartée en parlant de la présence d’une moustiquaire qui bloquait la fenêtre, ce qui n’avait pas fait l’objet d’une vérification.

«Il y a deux manières d’entrer dans ce dossier, comme il y a deux manières d’entrer dans l’appartement, une entrée par devant, sous les caméras de vidéo-surveillance, et une entrée par l’arrière, à l’abri des regards, celle que choisit un assassin», a exposé aux juges Me Uyttendaele. «Vous pouvez choisir la première, celle des impressions, créées pour les besoins de la cause, ou vous pouvez choisir la seconde, celle de la raison, celle du procès équitable.»

Christian Van Eyken et Sylvia B. sont prévenus pour avoir tué le compagnon de cette dernière, Marc Dellea. Ce négociant en café âgé de 45 ans a été découvert mort le 8 juillet 2014, une balle dans la tête, dans l’appartement qu’il partageait avec Sylvia B. et leur fille, avenue Mutsaard à Laeken.

Aucune arme n’a été retrouvée sur place et aucune trace d’effraction n’a été relevée.

A cette époque, Christian Van Eyken était député au Parlement flamand, et Sylvia B. était son attachée parlementaire et sa maîtresse.

Les amants avaient été filmés sortant de cet appartement, le 7 juillet vers 01h20, soit deux heures après que Marc Dellea y soit rentré. Ils sont donc les dernières personnes connues à avoir vu la victime vivante.

Christian Van Eyken et Sylvia B., devenus époux en 2018, ont toujours nié toute implication dans la mort de Marc Dellea. Mais en première instance, le tribunal correctionnel de Bruxelles les avait reconnus coupables d’assassinat et condamnés à 23 ans de prison. Ils ont ensuite fait appel.

Le procès s’achèvera mercredi matin avec les répliques.

Découvrez tous les chiffres du coronavirus dans votre commune

Recherchez votre commune en tapant le code postal ou le nom

Résultat(s) de votre recherche:
Notre sélection vidéo

Découvrez l'ensemble de nos concours Diables rouges ! Maillot dédicacé, polos, montres, écharpes, ... - Sudinfo.be