Abonnez-vous pour 1€

Nouveau rebondissement dans l’enquête sur la mort d’Elisa Pilarski!

Elisa Pilarski et Curtis.
Elisa Pilarski et Curtis. - DR

Le compagnon d’Elisa Pilarski, Christophe Ellul, avait déjà tenu en novembre dernier une conférence de presse pour contester l’expertise qui incrimine son chien Curtis dans la mort de la jeune femme enceinte, en 2019.

Christophe Ellul avait assuré que son chien était « entré en règle en France avec un passeport européen, avec tous ses vaccins » et n’avait « jamais eu d’agressivité envers [moi], envers Elisa, envers des enfants ». « Curtis n’a jamais été méchant, il aimait Elisa, il n’était pas agressif », avait-il insisté, assurant même que la jeune femme, retrouvée morte dans une forêt de l’Aisne, « avait une fusion avec lui parce qu’elle était tombée amoureuse ».

Christophe Ellul avait, accompagné de son avocat, formulé une demande de contre-expertise et un complément d’expertise. Mais, nouveau rebondissement cette semaine, on apprend via nos confrères du Courrier Picard que cette demande a été rejetée par le juge d’instruction chargé par intérim du dossier.

Pour rappel, Elisa Pilarski, âgée de 29 ans et enceinte, avait été retrouvée morte dans une forêt de l’Aisne où elle promenait Curtis, à proximité d’une chasse à courre, après «  une hémorragie consécutive à plusieurs morsures  », selon l’autopsie. Son compagnon, Christophe Ellul, avait mis en cause la meute de chasse, mais les résultats des analyses ADN et d’un examen des morsures «  tendent à démontrer l’implication exclusive du chien Curtis dans les morsures ayant entraîné la mort  » de la jeune femme, avait indiqué le parquet en novembre.

Notre sélection vidéo