Abonnez-vous pour 1€

Agression de 11 étudiantes montoises: le prédateur sexuel devra simplement participer… à une formation!

Estelle, 23 ans, réagit au jugement de l’agresseur des 11 étudiantes montoises dont elle fait partie.
Estelle, 23 ans, réagit au jugement de l’agresseur des 11 étudiantes montoises dont elle fait partie. - D.R.

Onze étudiantes ont été agressées par le mineur d’âge sur l’entité de Mons. Du moins, c’est le chiffre officiel. Estelle, 23 ans, est l’une des onze étudiantes agressées. La jeune femme n’a pas pu assister à l’audience car elle se trouve à l’étranger. Estelle séjourne en Finlande dans le cadre de ses études. Elle travaille au service client d’une société et s’exprime en néerlandais et danois. C’était difficile pour elle de revenir en Belgique, surtout avec la pandémie de coronavirus. Elle avait demandé à sa mère de la représenter à l’audience. Mais cela n’a pas été possible. Estelle est majeure, elle devait faire appel à un avocat. La jeune femme a pris conseil auprès d’un avocat, et lui a envoyé son dossier.

Le mineur d’âge, à présent majeur, a reconnu son agression. Mais il en conteste deux autres. Pour Estelle, le jugement rendu par le tribunal de la jeunesse de Mons, n’est pas assez sévère. Le jeune homme est dans l’obligation de participer à plusieurs modules de formation, proposés par une association montoise.

► Deux des victimes se disent choquées par cette décision après ce qu’il leur a fait : le récit des jeunes filles est à lire ici

► Laura, elle, avoue être plutôt satisfaite du jugement : voici pourquoi