«Walker»: quelles différences avec «Walker, Texas Ranger»?

Vidéo

Pendant quinze saisons, avec son frère de fiction Jensen Ackles, Jared Padalecki a joué les chasseurs de démons dans « Supernatural », qui s’est terminé le 19 novembre dernier sur la chaîne américaine The CW. Et c’est sur cette même chaîne que le séduisant et grand gaillard de 38 ans a (déjà) fait son retour ce 21 janvier, héros d’une nouveauté qu’on ne devrait pas qualifier de telle, où son rôle est clairement plus… adulte.

supernatural-touche-sa-fin-ou-retrouver-les-acteurs-apres-la-saison-15

La série en question, c’est « Walker », qu’on ne peut présenter comme un remake ou un reboot, mais plutôt une relecture contemporaine de « Walker, Texas Ranger », qui avait vécu neuf saisons, sur CBS, de 1993 à 2001, avec Chuck Norris en vedette. Aujourd’hui âgé de 80 ans, ce dernier y était Cordell Walker, le chef d’une équipe de Texas Rangers, agents sur le terrain chargés de faire respecter l’ordre et la loi à Austin. Et pour ceux qui s’en souviennent, le résultat ne manquait pas d’action et de grosses bagarres pleines de testostérone !

ces-vieilles-series-qui-reviennent-ou-comment-faire-du-neuf-avec-de-lancien

La version 2021 lui est différente sur bien des plans, même si son personnage central, incarné par Padalecki, s’appelle aussi Cordell Walker et est rangé à Austin. Quand l’histoire commence, c’est là qu’il revient après une longue mission, acceptée après le meurtre horrible de sa femme Emily. Laquelle est jouée, dans des flashbacks, par… Genevieve Padalecki, épouse de Jared et mère de ses trois enfants à la ville. Nous avons pu recueillir les propos de l’un et l’autre, donc nous reviendrons plus longuement sur la série lorsqu’elle sera diffusée en Belgique.

supernatural-les-adieux-sont-tres-proches

Toujours extrêmement meurtri par ce qui est arrivé à sa moitié, Cordell s’arrête pour boire un coup, histoire de se donner du courage pour retrouver son clan, qu’il avait donc bonnement abandonné. À sa tête, il y a son fils August (Kale Culley) et sa fille Stella (Violet Brinson), particulièrement rebelle et têtue. Et puis il y a son frère Liam (Keegan Allen, alias Toby dans « Pretty Little Liars »), qui est gay, sa sensible maman Abeline (Molly Hagan) et son traditionnel de père Bonham, campé par Mitch Pileggi (« Dallas »).

Pendant son absence, son ancien collègue Larry James (Coby Bell), est passé capitaine des Rangers. Et quand il reprend du service, ça colle tout de suite, à sa grande surprise, avec sa nouvelle co-équipière Micki Ramirez (Lindsey Morgan), l’une des premières femmes Texas Ranger de l’histoire. Mais ce retour à un quotidien plus stable ne lui fait pas oublier la mort de sa bien-aimée, qui continue à le hanter et l’obséder. Et évidemment, il veut retrouver et faire payer ceux qui lui ont fait ça.

N’y allons pas par quatre chemins : cette entrée en matière est très molle du genou ! Les créateurs et producteurs de la série ont précisé qu’elle était davantage un drame familial qu’un blockbuster pour le petit écran. Une mise au point nécessaire, mais qui ne « pardonne » pas le sentimentalisme exagéré du premier épisode, qui se pare de clichés de soap opera.

En clair, l’impossibilité pour Cordell de faire son deuil est trop accentuée… Et à part ça, on n’a l’impression qu’il n’y a pas grand chose. En plus, et même s’il s’énerve et lève le poing vers la fin, Cordell, dépressif, évidemment, ne ressemble pas franchement à un coriace redresseur de tort. Jared Padalecki a-t-il bien fait de coiffer le chapeau de cow-boy qui, jusqu’ici, semble un peu trop grand pour lui.

Mais encore une fois, si l’idée est de mettre en scène un héros (beaucoup) plus sensible que le Walker de Norris, on veut lui laisser le temps de nous montrer d’autres facettes de lui. On ne pouvait pourtant pas cacher notre déception quant aux fondements de « Walker » qui, grâce à Padalecki, attirera du monde, quoi qu’il en soit.

Notre sélection vidéo