«PD»: le court-métrage qui dénonce l’homophobie, à partager massivement! (vidéo)

Vidéo
«PD»: le court-métrage qui dénonce l’homophobie, à partager massivement! (vidéo)
Capture d’écran

Programmé pendant plus d’un an et demi dans les festivals, le court-métrage quatre fois primé « PD » d’Olivier Lallart est désormais disponible gratuitement sur YouTube, où il cumule déjà, deux semaines après sa sortie, plus d’un million de vues.

D’une justesse folle, il raconte, en une trentaine de minutes, l’histoire touchante d’un jeune garçon en proie à l’homophobie et aux préjugés alors qu’il se découvre une attirance pour l’un de ses camarades du lycée. «  La rumeur de l’homosexualité de Thomas va vite se répandre, et il va commencer à subir le regard des autres  », précise le réalisateur sur sa chaîne YouTube.

«  Dans les cours de récrés, que je fréquente beaucoup pour mes courts-métrages, j’ai souvent entendu le mot ’PD’ lâché comme ça, l’air de rien », ajoute Olivier Lallart, lui-même gay, dans les colonnes du magazine Têtu («  J’ai découvert ma sexualité très tard, peu de temps avant l’écriture, du coup je crois que j’avais besoin d’en parler, même si le film n’est pas autobiographique », a-t-il confié). « Quand j’étais au collège, on disait plutôt ‘bâtard’ ou ‘connard’. Mais là, ‘PD’ semblait être l’insulte à la mode. Et ça m’a fait tilter. Si j’avais déjà eu conscience d’être homo au collège et que j’avais entendu ce mot, comment je l’aurais pris ? »

Emmené entre autres par Paul Gomérieux (« Un homme d’honneur » avec Kad Merad et Gérard Depardieu, prochainement sur TF1), Fabien Ara (« Les Tuche 3 », « 100 % cachemire ») et Marc Riso (« Bref », « Les Rivières pourpres », « Divorce Club » et bientôt « Je te promets », le remake français de « This is us »), ce film coup-de-poing au titre volontairement provocateur rappelle surtout qu’à notre époque, trop de jeunes souffrent encore du regard néfaste et de la violence des esprits intolérants qui nous entourent. « Quand on voit que SOS Homophobie rapporte que les violences homophobes étaient en augmentation ces dernières années, je me dis qu’il y a encore du boulot  », conclut le cinéaste.

Son court-métrage est à (re)voir ci-dessous.

Notre sélection vidéo