Abonnez-vous pour 1€

Cédric Cherain avec La Meuse au rallye de Monte-Carlo: «Continuer à apprendre et apprécier»

Cédric Cherain avec La Meuse au rallye de Monte-Carlo: «Continuer à apprendre et apprécier»

Dans cette édition du Monte-Carlo, il vaut mieux être lève-tôt, avoir les idées claires dès qu’on pose le pied par terre. En raison des contraintes liées à la pandémie, les organisateurs ont revu l’horaire de leur épreuve en profondeur: l’essentiel du programme se déroule à l’heure des viennoiseries. Ainsi, Cédric Cherain et Stéphane Prévot ont été priés de grimper dans leur Skoda Fabia à 5h54, ce vendredi, pour filer vers la première spéciale. C’est donc à la lueur des phares qu’ils ont abordé le premier tronçon chronométré du jour.

«Comme je l’imaginais, le choix des pneus relève toujours du compromis », racontait Cédric en fin de journée. «Nous n’avions pas les gommes les plus efficaces dans le premier tronçon du jour. Par contre, il s’est avéré judicieux dans la spéciale suivante où nous avons réalisé le 4e temps, derrière des pilotes nettement plus expérimentés que nous.»

Cherain et Prévot commençaient leur remontée au classement général quand un souci technique les a coupés dans leur élan. «Nous avons entamé la spéciale suivante avec un souci à la direction assistée. Ce qui s’avère très pénalisant dans une épreuve en montagne. Physiquement, c’est très dur dans les épingles et dans les autres courbes, on n’a jamais la même sensibilité. Dans un virage à gauche à 90 degrés, j’ai ‘tapé’ un rocher. Ce qui a entraîné la crevaison des deux roues. Ensuite, nous avons terminé la spéciale au ralenti.»

Une mésaventure qui a coûté plus de 11 minutes à l’équipage qui, fort heureusement, pouvait bénéficier d’une assistance technique après ce problème.

Au volant d’une Skoda Fabia réparée, ils sont donc partis à l’assaut des tronçons de l’après-midi. «Nous savons que l’objectif de viser le top 5 en WRC3 est à ranger dans la boîte à gants », analyse Cédric Cherain. «En sports mécaniques, les pépins techniques font partie des règles du jeu. Sans réelle pression du résultat, nous allons poursuivre cette formidable aventure en tenant de réussir de belles performances de temps en temps. Il reste sept spéciales à disputer. On est seulement à la moitié. Le Monte-Carlo est toujours aussi magique. Nous allons profiter au maximum de l’expérience.»

Dans cette catégorie WRC3, justement, un autre Liégeois, qui découvre le Monte-Carlo lui aussi, réalise de très belles choses: pour l’instant, Cédric De Cecco pointe à la 5e place de la catégorie, au 20e rang du classement général. Ce matin, il s’est même permis un 2e chrono parmi les amateurs devant une belle brochette de spécialistes de l’épreuve.

Notre sélection vidéo