Abonnez-vous pour 1€

Une feuille de route pour simplifier les démarches administratives à l’horizon 2025

Une feuille de route pour simplifier les démarches administratives à l’horizon 2025

Selon Bernard Clerfayt, ce plan doit permettre de réduire considérablement les charges administratives en ne communiquant qu’une seule fois les informations aux administrations, de se voir attribuer automatiquement certains droits et allocations, d’accéder à des services publics en permanence, etc.

Il contient 20 objectifs opérationnels regroupés autour de 6 objectifs stratégiques.

Parmi les projets les plus emblématiques, on citera le «Brussels Digital Act» ou «le numérique par défaut» visant à faire du digital la règle et le papier, l’exception. Ce principe du numérique par défaut implique que les services publics doivent prévoir un accompagnement des usagers pour leur permettre de gagner en autonomie numérique afin de ne pas accentuer plus encore la fracture numérique.

En vue de simplifier les procédures de demandes de subsides qui varient d’une administration à une autre, Easy way prévoit la création d’un cadastre des subsides et d’une bibliothèque du savoir. L’accès à l’information sur l’utilisation des subsides dans la Région sera simplifié.

Pour rendre l’ensemble des démarches administratives accessibles en ligne à terme grâce à une plateforme centrale, le plan est annonciateur d’une stratégie web régionale pour coordonner davantage la quantité importante et peu cohérente de sites internet d’une multitude d’acteurs publics bruxellois. Objectif: rendre l’ensemble des démarches administratives accessibles en ligne grâce à une plateforme centrale.

Dès 2022, aucune information déjà disponible ne pourra être demandée aux usagers.

Un «test Kafka» de simplification sera élaboré pour soumettre tout avant-projet d’arrêté ou d’ordonnance à une analyse «Parcours Usager» avant la présentation de celui-ci au gouvernement.

Tout ceci ne sera pas développé sans la mise en œuvre d’une stratégie de formation des agents administratifs qui sont en première ligne de la prestation de service aux usagers.

«Les démarches administratives sont nombreuses, souvent chronophages et parfois coûteuses. Je veux offrir aux citoyens mais aussi aux entreprises, une administration plus durable, plus accessible moins chère et plus rapide. Je veux un choc de la simplification en Région bruxelloise. Notre complexité institutionnelle nous y pousse», a commenté le ministre Clerfayt.

Selon lui, actuellement moins de 25% des démarches administratives peuvent être accomplies en ligne et seules 38% des démarches en ligne sont optimisées pour un usage sur smartphone. Alors que 71% des Bruxellois demandent un meilleur partage des informations entre les administrations.

Le ministre de la Simplification administrative a par ailleurs annoncé la présentation prochaine au gouvernement bruxellois d’un plan d’appropriation numérique pour permettre l’acquisition des compétences en la matière par les usagers.

Découvrez tous les chiffres du coronavirus dans votre commune

Recherchez votre commune en tapant le code postal ou le nom

Résultat(s) de votre recherche:
Notre sélection vidéo