Abonnez-vous pour 1€

Une autre conséquence de la crise du coronavirus en Belgique, le travail au noir est en baisse: «Logique, puisque l’Horeca est fermé!»

Une autre conséquence de la crise du coronavirus en Belgique, le travail au noir est en baisse: «Logique, puisque l’Horeca est fermé!»
123RF

Les contrôles opérés en 2020 (du 1er au 8 novembre) par les services fédéraux de l’inspection sociale ont permis de débusquer 5.279 cas d’infractions de travail au noir, soit une moyenne de 527 par mois. Ce qui correspond à une baisse de 10 % par rapport à 2019 (total de 7.023 infractions, soit une moyenne de 585/mois) et même de 56 % par rapport à 2017 (total de 14.561 infractions, soit une moyenne de 1.213 par mois) !

La baisse la plus forte concerne l’Horeca, qui reste malgré tout en tête du hit-parade des secteurs les plus pourvoyeurs de travail au noir. En 2019, 2.250 enquêtes dans l’Horeca ont débouché sur le constat d’une infraction liée au travail au noir. Ce chiffre a chuté à 1.517 en 2020 (10 premiers mois).

► C’est logique : les restaurants et cafés ont été obligés de cesser leurs activités durant plusieurs mois !

► Deux chercheurs flamands ont réalisé une étude sur « en Belgique et la lutte contre celui-ci » : voici ce qu’ils ont constaté.

Découvrez tous les chiffres du coronavirus dans votre commune

Recherchez votre commune en tapant le code postal ou le nom

Résultat(s) de votre recherche:
Notre sélection vidéo