Le Journal de la rentrée - Retrouvez les photos de vos enfants dans votre journal LaMeuse, LaNouvelleGazette, LaProvince, NordEclair et LaCapitale

Jemma, mythomane, a porté plainte pour viol contre 15 hommes: tout était faux!

05903859
Photo News

Jemma Beale est parvenue, en déposant quatre fausses plaintes à la police, à mettre 15 hommes innocents dans l’embarras le plus total.

Le 26 novembre 2010, elle raconta d’abord avoir été violée par un homme qui devait la raccompagner en voiture. Il a été incarcéré, mais libéré après avoir fait appel. Le 7 juillet 2012, elle déposa à nouveau plainte pour deux agressions sexuelles. Une première dans un pub. Une seconde, par le même homme et trois de ses amis, dans un parking près du pub. L’homme au centre de ces nouvelles accusations a fui la Grande-Bretagne. Mais les caméras de surveillance ont montré, qu’il n’avait pas attaqué Jemma Beale, mais qu’il avait été agressé par cette dernière.

Le 2 septembre 2013, Jemma porte plainte encore pour des agressions sexuelles qui auraient eu lieu, cinq jours plus tôt, à côté de son domicile. Enfin, le 17 novembre 2013, elle explique à la police avoir été violée par quatre jeunes issus d’un « gang » de huit personnes.

Ces différentes plaintes sont devenues suspectes aux yeux de la police lorsque l’une des petites copines de Jemma raconta que l’auteur du soi-disant viol de 2010 avait été incarcéré… à tort. Jemma Beale est arrêtée en 2014 et inculpée en mars 2016.

Devant le tribunal, elle a expliqué avoir été harcelée à l’école parce qu’elle était grosse et ajouta qu’elle était lesbienne et qu’elle avait des relations avec plusieurs autres femmes. « Je ne vais pas vers un homme que je ne connais pas pour avoir des relations sexuelles », a-t-elle notamment expliqué. « Je ne suis pas bisexuelle du tout ».

Si elle dément toujours les accusations, Jemma Beale a été reconnue coupable par le jury du tribunal de Southwark. Elle connaîtra sa peine le 24 août. D’ici là, elle dormira en prison !

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo