Abonnez-vous pour 1€

Jacqueline Galant est furieuse: «La SNCB veut fermer le guichet de la gare de Jurbise qu’elle vient de rénover!»

Jacqueline Galant est furieuse: «La SNCB veut fermer le guichet de la gare de Jurbise qu’elle vient de rénover!»

« Le comble, c’est que la SNCB vient de rénover le hall de la gare et le guichet. Ce serait donc des travaux complètement inutiles », se désole-t-elle.

Pas de concertation

Ce qui attise la colère de la députée-bourgmestre, c’est l’absence de concertation : « Il n’y a eu aucun contact préalable, aucune concertation, alors que la commune a débloqué des fonds pour aménager un parking permettant d’assurer du confort aux navetteurs. Cela, on l’a fait en concertation avec la SNCB. Ici rien et on apprend tout à coup, que fin novembre, on a décidé de supprimer une facilité pour l’achat des billets ! »

Jacqueline Galant ne remet pas en question l’évolution digitale : « Les services numériques sont séduisants, je suis d’accord, mais n’oublions pas la population plus âgée qui n’y est pas habituée. Dans les communes rurales, on connaît l’importance du rapport humain. Ici, on le néglige totalement ! »

Gare bien desservie

La bourgmestre de Jurbise espère bien encore une modification de cette décision. Après tout, dit-elle, sa gare a quand même une certaine importance sur la ligne entre Bruxelles et Mons : « Deux à trois trains par heure vers Bruxelles, ce n’est pas rien. C’est une gare hyper bien desservie. On essaie d’encourager les gens à avoir le réflexe des transports publics, ne les décourageons pas par de pareilles décisions ».

La lettre au ministre

Elle va donc interpeller le ministre fédéral de la Mobilité, Georges Gilkinet (Ecolo) qu’elle n’épargne pas au passage : « Quand j’étais ministre de la Mobilité, on m’a critiquée de toutes parts pour des décisions prises au conseil d’administration de la SNCB. Je devais bien assumer. Que Monsieur Gilkinet assume maintenant. Je ne peux pas imaginer qu’il n’était pas au courant »… Même si Mme galant reconnaît que le président du conseil d’administration de la SNCB, étiqueté MR comme elle, ne s’est pas non plus empressé d’informer « ses amis politiques ».

Gilkinet écrit à la SNCB

Rappelons que le ministre de la Mobilité a écrit à la SNCB pour exprimer sa désapprobation à propos de cette décision. Il demande au conseil d’administration de l’opérateur de chemins de fer de revoir sa décision et il propose quatre balises : la liste des guichets appelés à fermer devrait être revue en fonction d’un dialogue avec la commune et les acteurs concernés ainsi que de la distance avec la gare la plus proche équipée d’un guichet. Un moratoire serait appliqué tant qu’une convention d’occupation avec un service public, une association ou un opérateur commercial ne serait pas conclue.

Le ministre souhaite également que les voyageurs aient la garantie d’accéder à une salle d’attente couverte et chauffée une heure avant et après le premier et dernier train. Il demande enfin que des mesures concrètes soient prises pour lutter contre la fracture numérique de façon à ce que les personnes âgées ou les publics les plus fragiles puissent facilement acheter un billet et recevoir des renseignements.

Notre sélection vidéo