Abonnez-vous pour 1€

Sabrina, esthéticienne à Florennes, veut comprendre pourquoi elle ne peut pas rouvrir: «Il y a moins de risques chez nous que dans le bus!»

Témoignage
Sabrina ne comprend pas pourquoi on l’empêche d’ouvrir.
Sabrina ne comprend pas pourquoi on l’empêche d’ouvrir. - D.R.

« Ce n’est pas un coup de gueule », confie Sabrina Minet, gérante de l’institut Charme et Beauté à Florennes. « C’est un cri du cœur. »

Ce mardi, l’esthéticienne et pédicure médicale a écrit un message sur les réseaux sociaux : « Une journée insolite d’une esthéticienne en confinement ». Son post a été partagé plus de 450 fois sur Facebook. Sabrina, indépendante depuis 24 ans, y décrit une visite dans l’école de coiffure de sa fille. Un retour à la réalité qui l’a fait passer de résiliente à battante.

►► « On nous empêche de travailler, alors qu’il y a moins de risques chez nous que dans le bus », nous confie-t-elle.

►► Tout ce que demande l’indépendante, ce sont des explications et des propositions.

Notre sélection vidéo