Abonnez-vous pour 1€

Pour recruter 10.000 militaires, la Défense mise sur une rémunération attractive

Ludivine Dedonder veut rendre le secteur militaire attractif.
Ludivine Dedonder veut rendre le secteur militaire attractif. - Belga

Au sein du gouvernement, on semble convaincu que la Défense sera l’un des moteurs de la reprise socio-économique du pays. La Défense veut en effet recruter plus de 10.000 militaires et d’augmenter le nombre de civils au sein de l’organisation, passant de 5 % à 15 %. Ce grossissement des troupes devrait se faire au rythme de 2.500 recrutements par an. Au cours des prochaines années, aucun autre employeur n’aura autant d’emplois à offrir, à tous les niveaux. Mais pour y parvenir, la Défense doit devenir un acteur attractif et compétitif sur le marché du travail.

La ministre de la Défense Ludivine Dedonder a présenté jeudi aux syndicats et aux employés son nouveau plan global pour le personnel de la Défense qui permettra d’atteindre ces objectifs. Le POP, pour « People Our Priority », mise prioritairement sur une augmentation des salaires et un ajustement salarial pour les militaires. L’état-major de la Défense travaille actuellement sur des propositions concrètes dont la version finale des textes est attendue avant cet été. Cette augmentation des salaires pour le personnel concerné et en alignement avec celui de la police sera implémentée dès que possible, et se déploiera progressivement pour atteindre les objectifs fixés en 2024. On parle d’une augmentation de plusieurs centaines d’euros par an.

Il est donc prévu d’augmenter la part du budget annuel de la défense qui est réservée au personnel. Cette part sera adaptée progressivement au fil des années avec l’objectif qu’en 2024, les salaires des militaires soient alignés selon leur grade sur ceux de la police. Sur les 3,7 milliards d’euros du budget 2021, 40 % iront pour les salaires du personnel.

Chèque-repas

Le dossier des chèques-repas est également concerné et impliquera l’ensemble du personnel de la Défense. Certaines indemnités seront revalorisées, comme l’allocation de participation aux opérations ou le service intensif durant les exercices. De plus, une prime d’encouragement à l‘embauche pour les candidats qui s’engagent dans des professions en pénurie est prévue.

Pour les instructeurs, qui jouent un rôle particulièrement important dans la formation et l’entraînement des recrues et du personnel, une prime de 75 euros net par mois est également dédiée. Les procédures de remboursement des frais de santé et d’autres avantages pour le personnel de la Défense seront simplifiées afin que chacun puisse en bénéficier au maximum.

Les employés de l’armée belge ont été souvent sollicités ces dernières années, notamment dans le cadre de l’opération Vigilant Guardian après les attentats ou, plus récemment, dans le contexte de la crise Covid-19. Pour la ministre en charge des armées, il est donc légitime que le personnel de Défense soit rémunéré en fonction du marché.

Ludivine Dedonder considère que « le personnel de la Défense a trop souvent été la variable d’ajustement des exercices budgétaires ces dernières années » Le plan global est « un mouvement de rattrapage » pour un personnel qui « le mérite ». « Nos hommes et nos femmes attendent depuis plus de quinze ans ce mouvement de rattrapage. Avec ce plan, je trace la ligne d’arrêt du sous-investissement dans le personnel de la Défense. »

Bien-être au travail

La Ministre de la Défense, Ludivine Dedonder, et le gouvernement font également en sorte que cette législature voit promulguer un statut unique pour le personnel des services de renseignement du pays.

En plus des initiatives énumérées, le ministère de la Défense met en place plusieurs collaborations pour atteindre les objectifs de recrutement. Le personnel de la Défense est le moteur de l’organisation et, il mérite de pouvoir travailler dans les meilleures conditions possibles. Au cours de cette législature, on accordera donc également une attention supplémentaire au bien-être au travail, à une meilleure infrastructure et à un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée.

Les nouvelles recrues seront amenées à travailler dans différents secteurs, tels que le maintien de la paix, l’aide à la nation ou la sécurité nationale. Ces derniers mois, les militaires ont par exemple dépêché des équipes mobiles pour soutenir le déploiement des centres de vaccination. Mais les militaires peuvent être amenés à faire du sauvetage en mer, à travailler à dans la composante Cyber ou à faire du déminage. « Il y a quasiment une intervention par jour pour les services de déminage », relève la ministre.

Pour attirer ces nouveaux membres, la Défense va collaborer avec les organismes de recrutement comme l’Onem et Actiris et informer activement via les réseaux sociaux.

Notre sélection vidéo