Abonnez-vous pour 1€

La reprise obligatoire des matelas usagés se précise en Wallonie: «Cela permettra de diminuer les dépôts clandestins»

Belga
Belga

Le texte prévoit notamment que les matelas usagés provenant des ménages et collectés par les personnes morales de droit public devront être repris gratuitement par le producteur et/ou l’organisme agréé ou de gestion qui les fait traiter à ses frais.

La collecte de ces matelas usagés se fera soit par un apport volontaire dans un magasin acceptant la reprise, soit par le biais de l’organisation de collectes sélectives dans certains recyparcs.

Les recyparcs wallons collectent déjà les matelas usés dans les conteneurs destinés aux déchets encombrants. Ce type de collecte sera autorisée jusqu’au 31 décembre 2022, le temps que les recyparcs s’équipent pour accueillir les matelas usagés dans des conditions adéquates. A partir du 1er janvier 2023, les matelas usagés devront être collectés dans des conteneurs adaptés ou d’autres moyens appropriés en vue de les protéger des intempéries et d’éviter les risques sanitaires.

50% de matelas collectés à partir du 1er janvier 2023

L’arrêté fixe par ailleurs des objectifs de taux de collecte à atteindre progressivement: 30% de matelas collectés à partir du 1er janvier 2021; 50% à partir du 1er janvier 2023; 65% à partir du 1er janvier 2025 et 80% de matelas collectés à partir du 1er janvier 2030.

Le texte détermine également des taux minimums de recyclage des quantités collectées de matelas usagés (de 10% à partir du 1er janvier 2021 à 75% à partir du 1er janvier 2030).

Enfin, en complément à cet arrêté, une convention environnementale d’une durée limitée à deux ans sera conclue avec l’asbl Valumat. Celle-ci précisera les modalités de financement du système de l’obligation de reprise des matelas usagés par les producteurs, les modalités concrètes de collecte et les actions de prévention et de communication vers les consommateurs comme les producteurs et revendeurs de matelas.

«La Wallonie compte actuellement trois entreprises actives dans la production de matelas. Cet arrêté fixe un cadre et permettra de développer la filière de collecte sélective, de réutilisation et de recyclage, et diminuer par la même les dépôts clandestins de ces déchets particulièrement encombrants. Avec près de 90% de composants recyclables ou réutilisables, il serait dommage de ne pas donner une seconde vie à nos matelas usagés», a commenté la ministre wallonne de l’Environnement, Céline Tellier.

Notre sélection vidéo