Abonnez-vous pour 1€

Mort de Néva, un an et demi, à Mons: la justice aurait-elle pu intervenir? Le parquet et le SAJ s’opposent!

La jeune victime, Néva.
La jeune victime, Néva. - D.R.

La grand-mère paternelle de Néva, Cathy, assure que les services judiciaires et de police ont leur part de responsabilité dans le drame qui frappe sa famille. « Nous avons déposé plainte mais rien n’a bougé », nous confiait-elle dans une précédente édition. La famille paternelle avait mis en garde la police, leur avait parlé du comportement violent de Mickael V.H. « Mais personne n’a bougé et voilà les conséquences ! Néva est décédée », déplore sa grand-mère paternelle. La famille se battait depuis des mois pour que les filles (Néva a une sœur aînée) soient retirées du domicile de leur mère. « Nous étions même d’accord pour qu’elles aillent dans une famille d’accueil si on ne voulait pas qu’elles viennent chez nous. »

Depuis avril 2020 !

Le parquet de Mons, l’un des services visé par cette attaque, s’explique : « Le parquet a été avisé par la police en avril 2020 des difficultés de la situation familiale. Le service d’aide à la jeunesse (SAJ) de Mons a été saisi des faits. Il est en charge du dossier depuis lors. Le ministère public a traité le dossier avec la diligence requise et dans les limites des pouvoirs qui lui sont attribués. »

Le parquet rappelle que le décret de la Fédération Wallonie-Bruxelles du 18 janvier 2018 (organisant l’aide et la protection de la jeunesse) a privé les autorités judiciaires de tous les moyens d’action tant que le SAJ, autorité administrative, n’a pas décidé de clôturer son intervention. Le parquet ne pouvait donc pas intervenir tant que le service d’aide à la jeunesse était en charge du dossier. Il confirme par ailleurs qu’un dossier a bien été ouvert en avril, suite à une information provenant de la grand-mère paternelle.

Clôturé depuis juillet !

Le problème, c’est que le SAJ dit tout autre chose ! Dans un communiqué, il indique : « Compte tenu des informations actuellement portées à la connaissance de l’administration, il n'y aurait pas de lien entre le décès de Néva et les éléments, d’une autre nature, qui ont fondé les investigations menées par le SAJ de Mons entre avril et juillet 2020, à la suite d’un signalement par le parquet. »

« Dès lors que des services de 1ère ligne avaient pris les relais nécessaires et que cette situation ne présentait pas d’éléments de danger pour l’enfant, le dossier a été clôturé. Le parquet en a été informé le 13 juillet 2020. Le SAJ n’était donc plus en charge de la situation de Néva. Aucun nouveau signalement n’a été communiqué au SAJ, ni par le parquet, ni par la famille, ni par aucun autre intervenant, depuis cette date. »

« Dès lors que l’instruction est en cours, et dans le respect du secret professionnel, l’administration générale de l’aide à la jeunesse ne peut donner aucune information supplémentaire concernant la situation de la petite Néva et de sa famille. »

Jessica Collini

Notre sélection vidéo