Abonnez-vous pour 1€

Leasing privé: cinq pièges qu’il faut éviter!

Leasing privé: cinq pièges qu’il faut éviter!

Des marques et des opérateurs proposent du private lease, le principe de la voiture de société adapté au particulier. Usage, entretien, taxe et assurance, tout est compris. La formule peut décevoir si on signe sans trop réfléchir. Marc Demoulin, du site link2fleet, pointe cinq pièges à éviter.

Le kilométrage. « Le prix de la mensualité est calculé en fonction de la durée du contrat et du kilométrage. Si on roule plus que prévu, il y aura un ajustement à la fin. Le montant à payer peut être élevé. Dès lors, je préconise un recalcul après un an en vue d’une éventuelle adaptation », explique Marc Demoulin. Les contrats de private lease les plus intéressants sont souvent établis sur une base de 10.000 ou 15.000 km par an. « Au-delà, les loyers demandés sont moins compétitifs. Une personne qui roule 30.000 km par an n’a aucun intérêt à le faire », juge le spécialiste.

L’état de la voiture. Le client d’un private lease n’est pas propriétaire et n’a pas d’option d’achat au terme de la location. La voiture fait l’objet d’une évaluation à la fin. Le manque d’entretien ou les éventuels dégâts sont facturés au client. « Il y a une tolérance liée à l’usure normale. Des griffes ou de petits coups sont acceptés », indique Marc Demoulin. La fédération des loueurs a établi une norme générale. Elle peut être consultée sur renta.be.

La rupture de contrat. Une rupture anticipée de contrat (des clients ne parviennent plus à assumer les mensualités) peut être sanctionnée par une pénalité chez certains opérateurs. Pour d’autres, cette renonciation est gratuite. Lisez donc attentivement le contrat. C’est là que vous verrez aussi si un lot de pneus hiver est compris dans la formule ou si un éventuel remplacement ne concerne que deux pneus ou lieu du jeu complet.

Derrière le prix. Les offres les plus alléchantes concernent des voitures de stock. Il n’est donc pas possible de choisir sa motorisation, ses options ou la couleur. En général, ces bonnes affaires partent très vite. « Un client peut configurer son propre véhicule mais le prix sera moins compétitif », prévient notre interlocuteur.

La première mensualité. Des firmes proposent une première mensualité plus élevée, voire un acompte substantiel… Un truc marketing pour diminuer le montant de la mensualité, le seul chiffre que retient le consommateur. Il faut donc bien comparer les offres.

« Le private lease reste une excellente solution pour les gens qui roulent peu. Pour les jeunes conducteurs, l’assurance revient moins cher, avec parfois des limites d’âge », conclut Marc Demoulin. Intéressé ? Un webinaire gratuit est organisé ce jeudi sur le thème « Le leasing pour particuliers ». Plus d’informations sur link2fleet.be.

Notre sélection vidéo