Abonnez-vous pour 1€

Dispositif de sécurité renforcé pour le «clasico» OM-PSG de dimanche

Dispositif de sécurité renforcé pour le «clasico» OM-PSG de dimanche
Photo News

Le « clasico » entre l’Olympique de Marseille et le Paris SG dimanche soir fera l’objet d’un « dispositif de sécurité renforcé », avec 400 policiers mobilisés, a annoncé la préfecture de police des Bouches-du-Rhône vendredi, une semaine après l’assaut du centre d’entraînement de l’OM par ses supporters.

« Toute tentative de rassemblement sera dispersée et des consignes de fermeté ont été données pour intervenir immédiatement en cas de violences ou de dégradations, afin d’interpeller les auteurs et de les remettre à la justice », précise un communiqué, au sujet du dispositif déployé tout le week-end pour assurer le bon déroulement de la rencontre choc de la 24e journée de Ligue 1 dimanche à 21H00 au stade Vélodrome.

Les policiers mobilisés auront « pour mission de sécuriser l’ensemble des trajets, lieux de résidence et d’entraînement des joueurs ainsi que le stade Orange Vélodrome et ses abords », ajoute encore la préfecture de police.

Vendredi déjà, aux abords de la Commanderie, le centre d’entraînement de l’OM, plusieurs véhicules de police et au moins une quinzaine de policiers étaient postés à l’entrée du site et sur le parking pour assurer la sécurité des joueurs olympiens et de l’encadrement, a constaté l’AFP sur place pour la traditionnelle conférence de presse d’avant-match.

Samedi après-midi, avant le match OM-Rennes, environ 300 supporters olympiens avaient déclenché de violents incidents devant le portail d’entrée de la Commanderie, quelques dizaines d’entre-eux réussissant même à y pénétrer. Sept policiers avaient été légèrement blessés et trois véhicules des forces de l’ordre dégradés. Selon le club, les dégradations dans les bâtiments s’élèveraient à « plusieurs centaines de milliers d’euros ».

Vingt-cinq supporters avaient été interpellés, dont 14 étaient passés devant la justice en comparution immédiate lundi. Le procès ayant finalement été reporté au 24 février, à la demande d’une majorité des prévenus, huit d’entre eux ont été placés en détention provisoire. Les six derniers ont été libérés sous contrôle judiciaire.

Le coup de force des supporters marseillais avait entraîné l’annulation de la rencontre.

Désormais sans entraîneur, le Portugais André Villas-Boas ayant été mis à pied mardi par ses dirigeants, après avoir annoncé son intention de démissionner, l’OM s’est légèrement repris depuis, avec un match nul 2-2 sur la pelouse de Lens mercredi soir.

Foot amateur et chez les jeunes

Notre sélection vidéo