Journées mondiales sans portable: et si on déprogrammait nos applis?

Le thèmes des journées mondiales sans GSM: les applications.
Le thèmes des journées mondiales sans GSM: les applications. - 123RF

C’est déjà la 21e édition : les journées mondiales sans portable ont lieu en ce moment, les 6, 7 et 8 février. Pourquoi ces dates ? Au départ, on ne parlait que du 6 février, fête de la saint Gaston. Et vous connaissez la chanson de Nino Ferrer, « Gaston, y a l’téléfon qui son ». L’initiateur de ces journées, Phil Marso, avait voulu ce petit clin d’œil.

Il y a 20 ans, l’écrivain ne voulait pas vraiment qu’on laisse son GSM dans un tiroir mais vu l’ampleur que prenait ce petit boîtier à l’époque, il pensait qu’une réflexion sur ses avantages et ses inconvénients n’était pas superflue. Un débat qui aujourd’hui est encore plus pertinent.

Cette année, le thème de ces journées est la surconsommation des applications. Les télécharger sur notre GSM pour nous rendre la vie plus facile au quotidien ne nous fait-il pas perdre en autonomie finalement ?

Dans un communiqué de presse, Phil Marso explique que le propos n’est pas de dénigrer ces applications mais il pense qu’elles sont chronophages. « À trop miser sur elles, ne consommons-nous pas plutôt une perte de temps ? », s’interroge-t-il. « Les applis nous empêchent-elles de penser par nous-mêmes ? » Il souligne aussi que ces applis sont énergivores et utilisent 77 % de la batterie au quotidien. Et dit-il aussi, le risque est qu’elles peuvent exploiter nos données et nous suivre à la trace. « Limiter les applis sur un smartphone, c’est rompre quelques ficelles en tant que marionnette de Big Brother. »

Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire : profitez de ces journées spéciales pour peut-être désinstaller les applis que vous n’utilisez que très rarement (plus de 70 % selon certaines études) et vivez sans les autres pendant encore deux jours. Vous verrez que finalement c’est tout aussi bien et moins envahissant.

Notre sélection vidéo