Abonnez-vous pour 1€

Bruno, tatoueur à Wanze, en colère contre les dernières annonces du gouvernement: «Les tatoueurs devaient ouvrir en même temps que les coiffeurs!»

Bruno Fossépré et sa soeur, Natacha.
Bruno Fossépré et sa soeur, Natacha. - A.D.

Le comité de concertation a annoncé de nouvelles mesures d’assouplissement durant ce deuxième confinement en raison du coronavirus. Les coiffeurs pourront ouvrir le 13 février prochain avec des mesures strictes de précaution. Par contre, les tatoueurs et les esthéticiennes devront attendre encore jusqu’au 1er mars prochain.

« Je suis évidemment en colère. Les tatoueurs devaient ouvrir en même temps que les coiffeurs ! Nous devons suivre une formation obligatoire en hygiène avant de commencer à travailler. Une formation d’un coût de 3 à 400 euros. En outre, ma soeur Natacha et moi-même avons suivi un cours en ligne supplémentaire pour savoir comment pratiquer en pleine pandémie », insiste Bruno Fossépré qui gère BTMS Tatoo à Wanze.

►► Bruno craint le pire pour son secteur: « Il y aura des suicides chez les tatoueurs »

Notre sélection vidéo