Abonnez-vous pour 1€

Des scientifiques tirent la sonnette d’alarme: «cette pandémie pourrait n’être que le précurseur de quelque chose de bien plus grave encore»

Photo d’illustration
Photo d’illustration - Photonews

Et si la pandémie actuelle n’était que le préambule d’une menace plus importante encore ? C’est en tout cas ce à quoi des scientifiques tentent de répondre, rapporte le Daily Mirror. Des experts préviennent que des maladies mortelles et véhiculées par des animaux peuvent mettre en danger l’humanité.

Après s’être entretenu avec des scientifiques du monde entier, l’écrivain spécialiste de l’environnement John Vidal a expliqué que des maladies « aussi contagieuses que la rougeole et aussi mortelles qu’Ebola » pourraient muter et décimer la population. Dans ses explications, il établit un lien entre la nature et les maladies. Selon lui, les microbes et virus qui se produisent naturellement chez les animaux sont maintenant transmis aux humains.

Pour Delia Grace-Randolph, co-responsable de la santé animale et humaine à l’institut international de recherche sur l’élevage à Nairobi, au Kenya, les risques d’un nouveau virus sont attribués à la destruction de l’habitat naturel des animaux provoqués par l’agriculture et la production alimentaire. Un nouveau virus pourrait tuer des dizaines de milliers de personnes avant que des mesures puissent être mises en place.

« Quand allons-nous vraiment nous réveiller face à la plus grande nouvelle menace de notre époque ? » s’indigne John Vidal. « L’humanité a changé sa relation avec les animaux sauvages et d’élevage, détruisant leurs habitats et les rassemblant. Et ce processus ne fait que s’accélérer. Si nous ne parvenons pas à apprécier la gravité de la situation, cette pandémie pourrait n’être que le précurseur de quelque chose de bien plus grave encore. L’humanité pourrait faire face à une pandémie bien pire que le Covid-19, peut-être à l’échelle de la peste noire, qui a tué jusqu’à une personne sur trois en Europe au Moyen Âge »

Notre sélection vidéo