Abonnez-vous pour 1€

Meurtre d’Estelle par injection de morphine à Schaerbeek: «Quand on aime quelqu’un, on ne l’abandonne pas»

Sarah E.
Sarah E. - D.R.

« Elle était épanouie et heureuse pendant la plupart de sa vie», a avancé l’avocate. P.T., un infirmier de 61 ans, est accusé du meurtre de son amie, S.E., qui lui avait demandé de l’aider à mourir. Le 20 juin 2016 en soirée, ils s’étaient tous deux injecté une forte dose de morphine et autres substances médicamenteuses. S.E. est décédée, tandis que P.T. a survécu.

« Il faut remettre un minimum les choses au clair. Monsieur T. n’a pas commis un acte héroïque. La dépression, c’est une chose complexe. Elle fonctionne par épisode. Monsieur T. ne connaissait pas suffisamment S.E. Ils se connaissaient depuis deux mois seulement. Elle avait le goût pour la vie. Pas toujours, mais souvent. »

► «  Je ne veux pas que la victime soit résumée à une dépressive alcoolique », a plaidé Me Estelle de Beukelaer.

► « Quand on aime quelqu’un, on ne l’abandonne pas. » L’avocate a demandé aux jurés de déclarer l’accusé coupable d’un meurtre avec la circonstance aggravante de préméditation.

Découvrez tous les chiffres du coronavirus dans votre commune

Recherchez votre commune en tapant le code postal ou le nom

Résultat(s) de votre recherche:
Notre sélection vidéo