Abonnez-vous pour 1€

Un garçon de 7 ans meurt électrocuté après que l’électricien a «omis de sécuriser l’éclairage»

Un garçon de 7 ans meurt électrocuté après que l'électricien ait «omis de sécuriser l'éclairage».
Un garçon de 7 ans meurt électrocuté après que l'électricien ait «omis de sécuriser l'éclairage». - Facebook

Harvey a été tué par un choc violent lorsqu’il jouait avec son ami, quand il s’est assis sur une applique et a touché une rampe métallique. L’enfant, âgé de 7 ans, s’est effondré lorsque la surtension a « traversé son corps ». Alors que des clients, horrifiés, couraient pour aider l’enfant au King Harold à Romford, dans l’Essex (Angleterre), le propriétaire de l’établissement, lui, a adopté un tout autre comportement…

Le propriétaire du pub David Bearman, âgé de 73 ans, a admis avoir causé la mort du petit Harvey et avoir volé de l’électricité à partir d’une source non mesurée alors qu’il gérait les locaux, ont entendu les jurés. Son électricien, Colin Naylor, du même âge, est un électricien avec 50 ans d’expérience. L’homme est quant à lui accusé d’homicide involontaire et du fait de ne pas avoir équipé les locaux d’un éclairage sécurisé rapporte « The Mirror ».

Une vérification correcte de la boîte à fusibles du pub aurait révélé que l’ensemble du panneau de disjoncteurs n’était pas correctement relié à la terre, affirment les procureurs. Une « connexion » à la terre qui constitue une « voie de sortie » cruciale en cas de défaillance du circuit électrique.

Une inspection de routine avait relevé les défauts de l’installation électrique

Les images diffusées à la cour d’assises de Snaresbrook montrent des ambulanciers en hélicoptère se précipitant vers l’enfant, tandis que Bearman, le propriétaire, se dirige vers l’arrière du pub et ferme la porte derrière lui.

Dans une série de faits convenus lus à la fin du procès, les jurés ont entendu que Bearman avait acheté le pub « King Harold » pour 900 000 livres Sterling en 2009. Le 6 janvier 2009, Andrew Bourlet, un agent de santé environnementale de l’arrondissement londonien de Havering, a procédé à une inspection de routine du pub et a constaté un certain nombre de défauts.

Parmi ceux-ci, on retrouve des risques de trébuchement dans la cave, le patio, une enquête sur l’amiante à faire ainsi que bon nombre de défauts électriques comme l’utilisation intensive de prises de rallonge de câble traînantes et fixes, au niveau du câblage, l’absence de certificat de test électrique actuel pour les locaux…

M. Bourlet a écrit au propriétaire du pub pour l’informer que les défauts de l’installation électrique pouvaient être une source de « danger de choc électrique, de brûlure ou d’incendie », a-t-on dit à la Cour.

Il s’est rendu au pub 3 mois plus tard et a constaté que les travaux n’avaient pas été effectués. Bearman a été averti à l’époque qu’il pourrait faire l’objet de poursuites pénales si les travaux n’étaient pas terminés dans les trois semaines.

M. Bourlet s’est rendu à nouveau au pub le 14 mai 2009 et a constaté « qu’il n’y avait pas eu de progrès », a-t-on dit au tribunal. Il a noté que Bearman avait déclaré que divers travaux, y compris des travaux électriques, seraient effectués, mais qu’aucune autre inspection n’avait eu lieu au pub.

Naylor, l’électricien, quant à lui nie avoir commis un homicide par négligence grave et avoir manqué à son devoir en vertu de la loi sur la santé et la sécurité.

Le tribunal de la Couronne de Snaresbrook n’a entendu que Bearman pour l’instant, qui a déjà plaidé coupable d’homicide par négligence grave et de vol d’électricité l’année dernière.

Le procès se poursuit et Naylor devrait, quant à lui, témoigner aujourd’hui.

Notre sélection vidéo