Abonnez-vous pour 1€

Transition énergétique: le nombre des projets reçus en augmentation

Transition énergétique: le nombre des projets reçus en augmentation
Belga

La ministre s’est félicité de ce résultat en croissance continue: 25 projets soumis en 2017, 36 en 2018 et 42 en 2019.

«Le nombre de projets soumis au Fonds de transition pour l’énergie reflète la volonté du gouvernement de passer des énergies fossiles aux énergies vertes. Je suis heureuse de constater qu’après des années d’incertitude et de stagnation, il existe un nouveau dynamisme parmi les chercheurs et les entrepreneurs. La direction est claire, mais de nombreuses mesures doivent encore être prises. C’est à cela que sert le Fonds de transition énergétique, pour étudier la recherche et l’innovation en vue de parvenir à des énergies 100% renouvelables», a-t-elle déclaré.

Sur les 60 propositions de projets soumises, 49 propositions de projets, soit 81,7 %, ont été présentées par un consortium, contre 24 en 2019. Au total, 96 organisations sont impliquées dans cet appel, dont les principales universités, instituts de recherche, partenaires industriels et PME de Belgique.

Sur les 60 projets, 25 concernent les énergies renouvelables et la Mer du nord, 5 des applications de l’énergie nucléaire et 30 la sécurité d’approvisionnement et l’équilibre du réseau. Pour cette édition, la ministre a modifié les conditions d’attribution des ressources du fonds afin de donner la priorité aux projets verts innovants et d’attirer davantage de PME. La proportion de propositions dans le domaine des énergies renouvelables et des biocarburants est de 40%, contre 30% l’année dernière, observe-t-elle. La part de projets nucléaires a quant à elle considérablement diminué. Les années passées, 20 des 50 - ou 40% - des projets financés sont allés au secteur nucléaire.

Un montant total de 80,4 millions d’euros est demandé au Fonds de transition énergétique. Le budget du Fonds pour ce cinquième appel est de 25 millions d’euros. La ministre sélectionnera les projets sur la base de l’avis du SPF Economie et d’une analyse financière réalisée par un bureau d’études indépendant. Cette sélection doit ensuite être approuvée par le Conseil des ministres.

Notre sélection vidéo