Abonnez-vous pour 1€

Harcelée sur les réseaux sociaux, une échevine de Saint-Hubert dénonce: «Il souhaitait m’écraser ‘‘la gueule contre le trottoir avec sa voiture’’»

«Diva», «Reine des selfies», des sobriquets déplacés soulignés par l’échevine
«Diva», «Reine des selfies», des sobriquets déplacés soulignés par l’échevine - D.R.

Céline Nicolas, vous avez publié un témoignage pour le moins interpellant des messages que vous avez reçus ces derniers mois. Quelle a été la goutte de trop ?

Cela a commencé il y a huit mois plus ou moins avec un message assurant que l’auteur aurait souhaité m’écraser « la gueule contre le trottoir avec sa voiture ». Mais ce qui m’a poussé à prendre la plume pour exposer ma situation est une remarque reçue dans lequel je pouvais lire entre autres que « Je cours pour mes formes ». C’était le message de trop.

Pourquoi ce message en particulier ?

Ce n’était peut-être pas le plus violent. Mais à travers lui j’ai senti qu’on attaquait ma condition de femme, celle que j’étais. Après tout ce qu’on a pu entendre dans les médias, sur le combat des femmes pour reprendre leurs droits et leur place, je me suis dit qu’il fallait que cela cesse.

► « À un moment, il faut dire stop » : Céline Nicolas dénonce ce harcèlement dont elle est victime. Retrouvez son interview ici

Découvrez tous les chiffres du coronavirus dans votre commune

Recherchez votre commune en tapant le code postal ou le nom

Résultat(s) de votre recherche:
Notre sélection vidéo