Abonnez-vous pour 1€

Harcelée sur les réseaux sociaux, une échevine de Saint-Hubert dénonce: «Il souhaitait m’écraser ‘‘la gueule contre le trottoir avec sa voiture’’»

«Diva», «Reine des selfies», des sobriquets déplacés soulignés par l’échevine
«Diva», «Reine des selfies», des sobriquets déplacés soulignés par l’échevine - D.R.

Céline Nicolas, vous avez publié un témoignage pour le moins interpellant des messages que vous avez reçus ces derniers mois. Quelle a été la goutte de trop ?

Cela a commencé il y a huit mois plus ou moins avec un message assurant que l’auteur aurait souhaité m’écraser « la gueule contre le trottoir avec sa voiture ». Mais ce qui m’a poussé à prendre la plume pour exposer ma situation est une remarque reçue dans lequel je pouvais lire entre autres que « Je cours pour mes formes ». C’était le message de trop.

Pourquoi ce message en particulier ?

Ce n’était peut-être pas le plus violent. Mais à travers lui j’ai senti qu’on attaquait ma condition de femme, celle que j’étais. Après tout ce qu’on a pu entendre dans les médias, sur le combat des femmes pour reprendre leurs droits et leur place, je me suis dit qu’il fallait que cela cesse.

► « À un moment, il faut dire stop » : Céline Nicolas dénonce ce harcèlement dont elle est victime. Retrouvez son interview ici

Notre sélection vidéo