Abonnez-vous pour 1€

En perte de confiance, Gaël Monfils envoie un message émouvant sur les réseaux sociaux

Vidéo
@Belga
@Belga

Sur le court d’abord, puis quelques minutes plus tard en conférence de presse, le N.1 français Gaël Monfils s’est effondré lundi à Melbourne où il n’a pu retenir ses larmes après une élimination frustrante au premier tour de l’Open d’Australie. « Je joue mal, je n’arrive pas à servir, je n’arrive pas à faire un coup droit, je fais des fautes, je suis 6 mètres derrière, je mets des bâches. Pourquoi ? Je ne sais pas. Je ne me sens pas bien et ça se voit », a commenté Monfils (11e mondial) après sa désillusion contre le Finlandais Emil Ruusuvuori (86e), 3-6, 6-4, 7-5, 3-6, 6-3.

Monfils avait atteint les 8es de finale l’an dernier à Melbourne, mais la coupure du circuit liée à la pandémie de Covid-19 est très compliquée à digérer : depuis qu’il a repris en septembre au Masters 1000 de Rome, il n’a plus gagné un seul match, plus passé un seul tour. « Je demande un peu de clémence. Oui, j’ai beaucoup perdu. Le pire dans tout ça, c’est que je ‘taffe’ et que je n’y arrive pas. Je m’entraîne comme un boucher et ça ne passe pas. J’aimerais bien me relever et vous dire que ce cauchemar est fini… Si ça se trouve, la semaine prochaine ça va recommencer, je ne sais pas quand ça va s’arrêter ».

Réconforté par de nombreuses personnes, Monfils a tenu à les remercier sur les réseaux sociaux : « Je suis surpris par le nombre de messages reçus de la part de ma famille, de ma petite amie Elina, de mes amis, de mon équipe, de mon agent, de mes sponsors et de tous ceux qui m’ont toujours soutenu dans cette aventure. Je veux vous remercier tous pour votre soutien indéfectible malgré les hauts et les bas. Comme vous pouvez l’imaginer, ce n’est pas une période facile mais je sais que je vais rebondir dans le futur. Les émotions peuvent être multipliées après une défaite, surtout après avoir passé tant d’heures pour arriver ici et que vos attentes sont élevées. Quand je remets ça en perspective, j’arrive à la même conclusion : le tennis est ma plus grande passion et je suis très chanceux de pouvoir en vivre. Un regard rapide vers le monde actuel dans lequel nous vivons me suffit à me rappeler que la seule façon de s’en sortir est d’attendre de meilleurs lendemains. Merci encore à tous et maintenant, je retourne au travail ».

Notre sélection vidéo