Abonnez-vous pour 1€

La moitié des exportateurs britanniques vers l’Union européenne souffre du Brexit

La moitié des exportateurs britanniques vers l’Union européenne souffre du Brexit
Belga

L’étude montre que 49% des exportateurs ont du mal à s’adapter à la sortie du marché unique depuis le 1er janvier, qui engendre des complications administratives, selon un communiqué.

La part monte même à 51% pour les entreprises manufacturières qui dépendent du commerce avec l’UE. Les BCC ont interrogé 1.000 entreprises, surtout des PME, entre le 18 et 31 janvier, dont 470 exportateurs de biens et services.

Les entreprises évoquent en particulier les coûts, les formalités administratives, les retards et la confusion à propos des règles qu’il faut suivre.

«L’activité des entreprises, et les possibilités pour le Royaume-Uni de connaître une solide reprise économique, sont plombées par les changements à la frontière», note Adam Marshall, directeur général des BCC.

Le Royaume-Uni et l’UE ont certes conclu un accord de libre-échange, qui écarte des droits de douane, mais qui est loin d’offrir les mêmes avantages que le marché unique.

Cet accord obtenu la veille de Noël «a laissé les entreprises dans le flou jusqu’au denier moment», ce qui les a empêchées de se préparer, selon M. Marshall. «Pour certaines sociétés ces craintes sont existentielles», prévient-il, appelant le gouvernement à faire ce qu’il peut pour réduire les frictions aux frontières.

Les BCC craignent que la situation n’empire si le Royaume-Uni maintient ses projets de procéder à davantage de contrôles sanitaires en avril avant des vérifications douanières strictes en juillet.

L’Association des transporteurs routiers (RHA) a quant à elle estimé récemment que les exportations depuis les ports britanniques vers l’Union européenne ont chuté de 68% en janvier sur un an. Elle y voit l’effet conjoint du Brexit et de la pandémie de coronavirus.

Le gouvernement britannique a prévenu à plusieurs reprises les entreprises qu’il faudrait s’attendre à des «perturbations» à court terme.

Les exportateurs britanniques doivent désormais remplir une multitude de documents pour prouver que leurs biens sont autorisés à entrer dans le marché unique européen, un alourdissement des procédures chronophage et coûteux, qui retarde le passage des frontières.

Il y a quelques jours le patron de la chaine de vêtements de sport JD Sports Fashion avait estimé sur la BBC que le Brexit s’était révélé «considérablement pire que prévu».

Par ailleurs le gouvernement britannique a mis en place un groupe de travail sur les problèmes rencontrés à cause du Brexit par le secteur de la pêche en Ecosse, dont les exportations vers l’UE de produits hautement périssables se heurtent à des tracas administratifs et des pannes informatiques.

Notre sélection vidéo