Abonnez-vous pour 1€

La Russie accusée à l’ONU d’obstruction à une solution dans l’est de l’Ukraine

La Russie accusée à l’ONU d’obstruction à une solution dans l’est de l’Ukraine
ISOPIX

« La Russie doit immédiatement cesser son agression dans l’est de l’Ukraine et mettre fin à son occupation de la Crimée », a souligné le représentant des Etats-Unis, Rodney Hunter. « Nous appelons la Russie à retirer ses forces d’Ukraine, à cesser de soutenir ses mandataires et d’autres groupes armés, et à mettre en oeuvre tous les engagements qu’elle a pris dans le cadre des accords de Minsk » (en 2014 et février 2015).

La réunion avait été convoquée à la demande de Moscou à l’occasion de l’anniversaire des accords de Minsk II. Dans une déclaration commune, les membres européens du Conseil – Estonie, France, Irlande, Norvège et Royaume-Uni, rejoints par l’Allemagne, co-parrain avec Paris des accords de Minsk entre Moscou et Kiev, ont condamné « fermement la déstabilisation continue de certaines zones des régions de Donetsk et Luhansk » (est).

L’ambassadeur russe à l’ONU, Vassily Nebenzia, a rejeté les critiques occidentales et assuré que « l’Ukraine ne mettait pas en oeuvre les mesures des accords de Minsk ». Avec le soutien de ses « protecteurs », Allemagne et France, « Kiev fait semblant d’appliquer les accords » mais déploie « une indifférence totale à l’égard des habitants du Donbass » (est), a-t-il affirmé.

Le conflit entre des combattants soutenus par la Russie et les troupes ukrainiennes a fait plus de 13.000 morts depuis 2014, quand Moscou a annexé la Crimée et que des forces pro-russes dans l’est de l’Ukraine se sont rebellées contre Kiev.

Notre sélection vidéo