Abonnez-vous pour 1€

Rapport de la BNB: la Belgique s’en sort un peu mieux que prévu, «une baisse du PIB unique dans notre histoire mais c’est moins mauvais qu’attendu»

Pierre Wunsch
Pierre Wunsch - Belga

« C’est une baisse du PIB unique dans notre histoire mais c’est moins mauvais qu’attendu. A un certain moment, on s’attendait à ce que la chute soit de 8 %, voire de 9 à 10 %. Finalement, c’est -6 », a souligné le gouverneur de la Banque nationale de Belgique, à l’occasion de la publication du rapport annuel de l’institution monétaire.

Le Belgique a fait moins bien que les Pays-Bas (-4,3 % du PIB) ou l’Allemagne (-5,5 %) mais mieux que la moyenne européenne (-7,3 %) et que certains de ses voisins comme la France (-9,3 %) ou la Grande-Bretagne (-10 %).

Selon Pierre Wunsch, « l’économie belge a montré une certaine résilience » face à la crise sanitaire. Après le premier confinement, l’économie a rebondi au troisième trimestre. Le second confinement n’a pas trop fait souffrir l’économie belge, à l’exception notable de certains secteurs martyrs comme l’horeca, visés par des mesures de fermeture. Et « le quatrième trimestre n’a pas été si mauvais. Nous sommes un des rares pays à avoir connu une croissance positive. »

Ce qui rend la situation actuelle unique, c’est que la crise économique est due à un choc externe, la pandémie de Covid-19, et non à de grands déséquilibres économiques, comme cela a été le cas lors de la grande crise financière de 2008-2009. « Cela conduit à un certain optimisme d’un retour assez rapide au niveau de PIB d’avant-crise. Il y a d’ailleurs l’exemple positif de la Chine ».

« C’est une crise unique, complètement atypique, qui a été plutôt bien gérée. On a pu éviter un effondrement total de l’économie. Ce n’était pas si évident au début de la crise », conclut le gouverneur de la BNB.

Notre sélection vidéo