Abonnez-vous pour 1€

Esprit d’entreprise: le «1890», 51 fois plus d’appels en 2020

Le 1890 aide les indépendants, actuels et futurs
Le 1890 aide les indépendants, actuels et futurs - 123rf

C’est en décembre 2018 que le 1890 a vu le jour en Wallonie. Le 1890, c’est à la fois un site web (www.1890.be) et un numéro d’appel. « Le site internet est le canal de référence privilégié qui permet un accès permanent à des informations utiles concernant l’entrepreneuriat en Wallonie », explique Emmanuelle Gendebien, responsable du département communication et du 1890.be, à la Sowalfin, l’outil wallon partenaire des PME. « Il y a également le numéro d’appel pour ceux qui souhaitent recevoir des informations complémentaires à celles déjà disponibles sur le site. Il s’agit d’une ligne téléphonique permettant d’entrer en contact avec une personne du lundi au vendredi de 12h à 17h », ajoute-t-elle.

Emmanuelle Gendebien
Emmanuelle Gendebien

Sur le terrain, le 1890, c’est une information quotidiennement à jour au service de l’entrepreneur. « L’entrepreneuriat étant un domaine très vaste, les demandes des (futurs) entrepreneurs sont assez diversifiées, notamment en raison des secteurs d’activité très différents. Quel que soit le profil, l’objectif ou les besoins de l’entrepreneur, le 1890 informe, entre autres, par rapport aux aides financières, aux solutions de financement, aux possibilités d’accompagnement à la création ou au développement d’entreprises, aux possibilités de formation, aux autorisations et accès à obtenir pour lancer son activité… », ajoute Emmanuelle Gendebien.

Impact du Covid

En deux ans, le succès a été au rendez-vous, comme en témoigne Willy Borsus, Ministre wallon de l’Economie. « Soutenir l’esprit d’entreprise et le déploiement d’activités sont parmi mes objectifs prioritaires. Le 1890 y contribue largement puisqu’il a aidé un nombre impressionnant d’indépendants, actuels ou futurs, à trouver le chemin de l’entrepreneuriat ou à développer leur activité », explique-t-il.

L’année passée, avec le démarrage de la crise Covid, le 1890 a dû faire face à un afflux important de demandes. Sur le web, d’abord. « Les préoccupations des entrepreneurs furent, pendant un an, presque exclusivement focalisées sur l’impact du coronavirus sur leur activité. La veille informationnelle du 1890 a également dû être adaptée et améliorée afin de répondre à l’immédiateté de la crise, poussant le 1890 a plus de collaboration avec les différentes instances officielles (gouvernement wallon, SPW, centre de crise fédéral…) », ajoute la responsable de la communication.

En ce qui concerne la fréquentation du site 1890.be, le nombre de pages vues a été multiplié par 4 et le nombre de visiteurs par 3, pour atteindre récemment les 350.000 visiteurs annuels. Au plus fort de sa fréquentation, le site internet a accueilli 31.000 visiteurs en un jour, avec une moyenne annuelle de 1.000 visiteurs quotidiens. Le site internet a d’ailleurs été adapté afin de proposer de nouvelles rubriques plus visibles ainsi que de nouveaux contenus répondant au maximum aux demandes des entrepreneurs.

Première ligne

Il y avait également le numéro d’appel 1890 qui est devenu, en quelques mois, le numéro d’appel régional de première ligne pour toute entreprise ou indépendant face au coronavirus. Il a dû lui aussi revoir sa copie et adapter foncièrement sa manière d’opérer pour répondre aux besoins, aux interrogations et aux peurs des entrepreneurs, face à une crise sans précédent. « A l’instar de la fréquentation croissante du site 1890.be, l’utilisation de la ligne téléphonique du 1890 a véritablement explosé. Le 1890 est devenu le point de contact unique en Wallonie pour toute question relative aux indemnités Covid. Alors que le central téléphonique comptabilisait 1.260 demandes par téléphone en 2019, ce sont plus de 60.000 appels qui ont été gérés en 2020 (au 30 novembre), soit 51 fois plus. Au pic de fréquentation, le 1890 a géré jusqu’à 1.500 appels quotidiens. Face à cet afflux massif de questions (principalement liées au coronavirus), le 1890 est devenu exclusivement joignable par téléphone », poursuit Emmanuelle Gendebien.

Depuis, le site poursuit sur sa lancée et continue de mettre à jour régulièrement ses infos (formations, vidéos, présentation d’outils financiers ou encore articles liés à l’actualité des entreprises) pour coller au mieux aux besoins des entrepreneurs.

Dix conseillers disponibles quotidiennement

Les questions les plus fréquentes posées sur le site du 1890 ont été liées aux autorisations d’ouverture des commerces et entreprises, aux mesures sanitaires à appliquer au sein des commerces et entreprises mais aussi aux mesures économiques mises en place par le gouvernement (chômage temporaire, droit passerelle…) ainsi qu’aux différentes indemnités mises en place par la Région wallonne (soucis techniques, critères d’accès et d’éligibilité, suivi de dossiers…).

La crise, au cœur des questionnements des entrepreneurs, a bien évidemment eu des répercussions au niveau de l’emploi au 1890.

« En 2019, le 1890 était géré par une équipe de 6 personnes renforcée par 3 conseillers d’entreprise du Forem répartis sur 1 équivalent temps plein. Ce partenariat s’inscrit dans une volonté de coopération entre outils wallons et dans une logique de mutualisation des connaissances. L’an passé, face à l’augmentation de la charge de travail liée aux nombreuses demandes « coronavirus », un renforcement de l’équipe de base a aussi été rapidement opéré parmi un pool de 50 employés volontaires internes à la Sowalfin. L’équipe est donc passée de 9 à 50 personnes afin d’assurer en permanence la présence de 10 conseillers disponibles quotidiennement », conclut Emmanuelle Gendebien.

« Le 1890 nous a aidés à définir la stratégie de notre entreprise »

François et Stéphanie ont contacté le 1890 avant de créer leur entreprise.
François et Stéphanie ont contacté le 1890 avant de créer leur entreprise. - Symbi’Ose

« Nous étions tous les 2 conseillers en prévention et nous avions une attirance pour la formation. Nous en donnions déjà à temps complémentaire », explique François. « Puis, nous avons eu envie de créer une société commune. On voulait aussi croiser nos compétences : moi, j’étais davantage dans la sécurité et le technique et Stéphanie, plus dans ce qui touche aux relations humaines. Quand on a pensé à notre entreprise sont apparues diverses questions comme comment se faire connaître, comment prendre notre autonomie ?... Dans mes recherches sur le web, je suis tombé sur le 1890 et j’y ai vu que la Région wallonne mettait beaucoup en œuvre pour la création et la croissance des entreprises », ajoute-t-il.

Il décide donc de laisser un message sur le formulaire du site pour demander des renseignements. Il est recontacté le lendemain. « Nous avons rencontré la conseillère trois fois et elle nous a notamment aidés pour déterminer notre stratégie et nos domaines de compétences qui sont la formation, le coaching et la consultance. Elle nous a aussi ouvert les yeux sur certaines choses. C’était vraiment de l’accompagnement sur la réflexion à propos du développement de notre activité. Elle nous a également mis en contact avec le BEP (Bureau Economique de la province de Namur) », conclut-il.

Aujourd’hui, leur entreprise, Symbi’Ose, installée à Ohey, en province de Namur, est sur les rails et elle propose leurs services de conseillers en prévention et formateurs. Leur objectif ? Rendre la prévention accessible au plus grand nombre.

Dix conseillers disponibles quotidiennement

Les questions les plus fréquentes posées sur le site du 1890 ont été liées aux autorisations d’ouverture des commerces et entreprises, aux mesures sanitaires à appliquer au sein des commerces et entreprises mais aussi aux mesures économiques mises en place par le gouvernement (chômage temporaire, droit passerelle…) ainsi qu’aux différentes indemnités mises en place par la Région wallonne (soucis techniques, critères d’accès et d’éligibilité, suivi de dossiers…).

La crise, au cœur des questionnements des entrepreneurs, a bien évidemment eu des répercussions au niveau de l’emploi au 1890.

« En 2019, le 1890 était géré par une équipe de 6 personnes renforcée par 3 conseillers d’entreprise du Forem répartis sur 1 équivalent temps plein. Ce partenariat s’inscrit dans une volonté de coopération entre outils wallons et dans une logique de mutualisation des connaissances. L’an passé, face à l’augmentation de la charge de travail liée aux nombreuses demandes « coronavirus », un renforcement de l’équipe de base a aussi été rapidement opéré parmi un pool de 50 employés volontaires internes à la Sowalfin. L’équipe est donc passée de 9 à 50 personnes afin d’assurer en permanence la présence de 10 conseillers disponibles quotidiennement », conclut Emmanuelle Gendebien.