Pourquoi «Mariés au premier regard», sur RTL-TVI ce dimanche, n’a pas le droit à l’échec

Pourquoi «Mariés au premier regard», sur RTL-TVI ce dimanche, n’a pas le droit à l’échec
RTL-TVI

« L’amour est quelque chose qui nous rend plus fort », « Je rêve d’être amoureuse, d’avoir ce picotement », « L’amour, ce n’est pas que des paroles, c’est aussi des actes » : ces quelques phrases ont été prononcées par les célibataires ayant participé au casting de « Mariés au premier regard » saison 4. Dire qu’ils font reposer beaucoup d’espoirs sur cette expérience unique (des couples formés scientifiquement par des experts sur base de leur haut degré de compatibilité) est un euphémisme : RTL-TVI a reçu plus de 3000 candidatures.

Déjà tournée, cette nouvelle saison a dû marcher sur les braises de la précédente à l’issue de laquelle aucun couple n’avait tenu. Clairement, la production a dû réagir afin que cette contre-performance ne se produise pas deux années de suite : « L’absence de couples restés ensemble l’année dernière a été un vrai problème », avoue le spécialiste de la compatibilité amoureuse Jean-Luc Beaumont, l’un des experts de l’émission. « L’exigence de la production a été cette fois qu’un maximum de couples tiennent le plus longtemps possible. »

Plus de vigilance

Premier chantier : le reformatage des questionnaires auxquels répondent les participants. « Ces tests ont été passés au peigne fin et refondés », poursuit Jean-Luc Beaumont. « Les nouvelles questions (sur un total de 400) ont surtout mis l’accent sur les compétences conjugales : des époux peuvent avoir beaucoup de points communs, mais s’ils ne sont pas flexibles et n’acceptent pas les défauts du conjoint, ce sera compliqué. » L’honnêteté des candidats a aussi été passée sous le microscope des experts : une série de questions a permis de détecter si certains étaient présents pour se marier… ou pour passer à la télé !

Les parents sollicités

Cette année, les proches des candidats ont été davantage sollicités. Raison pour laquelle le casting se dope d’une nouvelle experte : Audrey Van Ouytsel, docteur en sociologie spécialisée dans la sociologie du couple et de la famille. « La précédente saison était intéressante, mais il y avait des erreurs de casting », analyse la nouvelle venue. « De mon côté, j’ai mis l’accent sur la cartographie du réseau social du candidat : en fonction de la façon dont vos parents vous ont appris à aimer, vous allez construire votre propre conception de l’amour. C’est le genre de paramètre dont on a tenu compte cette année. »

Un coaching intensif

Un coaching à tout moment du tournage a été proposé par les experts aux 11 nouveaux participants. « L’objectif a été de travailler sur leurs failles », dévoile Jean-Luc Beaumont. « Malheureusement, certains n’ont pas souhaité en bénéficier. J’aimerais que, pour la prochaine saison, ce coaching soit une obligation car, pour certains, il s’agit vraiment d’une thérapie visant à mieux gérer les émotions. »

« La balle reste dans le camp des participants car un couple se construit au quotidien », poursuit Audrey Van Ouytsel. « Les experts ne sont pas tout-puissants ! Mais cette année, nous avons eu affaire à des candidats authentiques et impliqués. »

« Mariés au premier regard », dimanche 14 février, 20h45, RTL-TVI

Notre sélection vidéo