Abonnez-vous pour 1€

Bon entendeur: «Notre but, ce n’est pas de dénaturer les morceaux»

«En gros, on a dû annuler 80 concerts à cause du Covid.»
«En gros, on a dû annuler 80 concerts à cause du Covid.»

Ce morceau « I love to love » est le point de départ d’un nouvel album. Il évoque le retour à la fête : ce sera la tonalité globale ?

On ne sait pas si cet album arrivera le plus tôt possible, mais c’est notre première prise de parole pour dévoiler lentement mais sûrement les titres qui composeront le prochain album, avant l’été. La fête fait partie des inspirations mais il y aura une continuité de l’album 1, avec des chansons francophones, un peu plus ballades mais on veut aussi mettre des chansons étrangères, plus disco. On va prendre une direction plus dansante.

Et pourquoi avoir retravaillé « I love to Love » ?

C’était une évidence pour nous mais on a eu beaucoup de chance d’avoir l’autorisation de le remixer, ce qui peut être un frein d’habitude. Il y a plein de musiques qu’on aimerait remixer mais ce n’est pas évident de pouvoir le faire. Sur le 1er album, c’était très compliqué pour nous d’avoir les accords des ayants droit pour remixer des chansons. Là, on sent qu’on a des trucs à leur montrer donc ça rassure les ayants droit et le but, pour nous, n’est pas de dénaturer les morceaux d’origine. Ça se passe de mieux en mieux ! (sourire)

Vous étiez en tournée outre-Atlantique quand la crise sanitaire est arrivée. Vous avez été coupé dans votre élan…

On a été coupé entre deux tournées en fait. On a eu la chance quand même de faire la tournée aux États-Unis qui était prévue, notamment à New York où on fait des salles de plus en plus grosses. Et en rentrant, on devait faire une tournée en Europe et ça, ça a sauté. En gros, on a dû annuler 80 concerts à cause du Covid… Mais c’est ce qui nous a permis de faire ce 2e album plus vite que prévu. Ce temps nous a donc servis. Et notre espérance de vie, aussi, est plus longue ! (rires) On est métamorphosé !

Et quand vous remonterez sur scène, vous aurez donc 2 fois plus de morceaux à mixer…

Oui et c’était une volonté de notre part aussi de créer des morceaux plus faciles, plus festifs pour nous à jour en concert. Le 1er album, c’étaient des chansons assez difficiles à jouer en concert car des tempos assez lents, des ballades et on nous programmait sur des heures assez tardives… Donc jouer des ballades à 2 heures du matin, ça ne prend pas vraiment ! (sourire)

Notre sélection vidéo