Abonnez-vous pour 1€

Nouvelle gouvernance chez Vivalia: Ecolo se demande si tout est bien légal et interrogera le ministre de tutelle

Birgitte Pétré (Ecolo) interrogera le minsitre Collignon.
Birgitte Pétré (Ecolo) interrogera le minsitre Collignon. - D.R.

Il est question, pour faire court, de modifications des statuts et d’optimalisation du cadre juridique et opérationnel. Ainsi, un bureau exécutif sera créé : celui-ci viendra compléter les organes actuels et un nouvel organigramme va voir le jour. Une nouvelle fonction de dirigeant local va être créée, celle de conseiller stratégique. Il aura pour mission de rendre des avis sur des dossiers stratégiques mais aussi de contrôler l’usage des pouvoirs délégués par le CA au bureau exécutif et au Directeur général.

Ce poste de conseiller stratégique, comme nous l’avons déjà écrit, devrait revenir à Yves Bernard, actuel Directeur Général de Vivalia.

Ecolo, par la voix de son administratrice Brigitte Pétré, s’est formellement opposé à la création de ce nouveau poste de conseiller stratégique. « Le Directeur Général Yves Bernard, n’ayant plus la confiance des différents acteurs de la santé dans notre province, a imaginé et créé le poste de conseiller stratégique pour lui-même. Le PS, le CdH et le MR ont ensuite habillé tout cela dans un nouvel organigramme. Il s’est agi uniquement de décisions politiques, chacun souhaitant au mieux tirer son épingle du jeu. On fera ensuite dire à ce nouvel organigramme que c’est de la bonne gouvernance : cette expression est galvaudée », estime Brigitte Pétré.

Yves Bernard juge et partie  ?

Selon l’administratrice, les incohérences sont nombreuses : « Yves Bernard sera à la fois celui qui conseille et qui contrôle ce qu’il aura lui-même conseillé. On nous dit que la réforme est neutre budgétairement mais le nouveau conseiller stratégique va cumuler plusieurs fonctions et aura un excellent salaire de fonctionnaire dirigeant . Le Conseiller stratégique sera totalement indépendant, nous dit-on, et n’aura aucun référent hiérarchique et le Directeur général, la plus haute fonction dirigeante, n’aura aucun lien hiérarchique ».

Pour toutes ces raisons, les écologistes comptent demander au Ministre de tutelle, Christophe Collignon, « de vérifier la légalité de ces actes mais aussi si l’intérêt général est respecté dans le processus de nouvelle gouvernance des partenaires PS, CDH et MR ».

Concernant la création du bureau exécutif, « les écologistes comprennent qu’il est nécessaire – la crise sanitaire l’a démontré – d’avoir une meilleure réactivité et une efficacité accrue dans les décisions de gestion de Vivalia. Notre administratrice s’est abstenue car si elle partage le principe d’une meilleure efficacité, elle estime que les délégations sont énormes et que le CA est dépouillé de sa fonction de contrôle ».

Découvrez tous les chiffres du coronavirus dans votre commune

Recherchez votre commune en tapant le code postal ou le nom

Résultat(s) de votre recherche:
Notre sélection vidéo