Abonnez-vous pour 1€

Professeur la journée, actrice porno le soir: cette jeune belge se fait licencier après la diffusion de photos osées d’elle sur Internet

Professeur la journée, actrice pornographique le soir: cette jeune belge se fait licencier après la diffusion de photos osées d’elle sur Internet.
Professeur la journée, actrice pornographique le soir: cette jeune belge se fait licencier après la diffusion de photos osées d’elle sur Internet. - Via Nieuwsblad

Des parents en colère ont contacté le directeur d’une école secondaire dans la ville de Maldegem, en Flandre-Orientale, pour une raison peu commune : parmi les élèves du secondaire, la nouvelle circule depuis quelques jours que des images particulièrement sexy de la jeune professeur d’anglais ont été mises en ligne sur Internet.

Cette femme, également connue sur les sites spécialisés sous le nom de « ray_gonewild », a été employée à titre intérimaire après les vacances de Noël à l’école de son quartier. « Piquant est peut-être encore le mauvais terme », répond un parent qui est tombé sur les films : « Il s’agit d’images et de films explicitement pornographiques, dont certains peuvent être achetés sur Internet moyennant une certaine somme ».

Active sur les médias sociaux

On ne sait toujours pas comment les élèves sont tombés sur ces images, qui ont été publiées sur Internet sous un pseudonyme. Selon un parent, la professeur était sur de nombreux médias sociaux de toutes sortes. Et un élève peut avoir vu s’afficher ce pseudonyme sur l’écran du téléphone de sa professeur rapporte « Het Nieuwsblad ».

Toujours selon un parent, un élève a déclaré jeudi à la professeur que des vidéos d’elle circulaient à l’école « Mais à cette époque, les images étaient déjà échangées entre les élèves les plus âgés », a annoncé un autre parent.

« Deux poids, deux mesures »

À l’heure actuelle, l’enseignante concernée regrette la forte pression que certains parents exercent sur la commission scolaire pour la mettre à l’écart : « J’ai toujours fait mon travail d’enseignante correctement. Ce que je fais dans ma vie privée devrait être complètement séparé de cela. Je trouve très hypocrite que cette distinction ne soit pas faite et cela prouve qu’il y a deux poids, deux mesures dans notre société en matière de sexe », dit la jeune femme.

Aucune plainte professionnelle

L’école concernée, quant à elle, a réagi de manière très surprenante : « En tant qu’école, nous étions complètement surpris par la nouvelle que des images circulant sur Internet se trouvent dans la sphère privée d’une enseignante temporaire », selon la direction de l’école secondaire « Maricolen » à Maldegem.

Ils ont décidé vendredi après-midi de « mettre fin à la coopération en concertation avec le conseil d’administration et l’enseignante concernée ». La direction souligne que « sur le plan professionnel, aucune plainte n’a été reçue concernant la tâche professionnelle de cette enseignante ».

Afin de protéger la vie privée et les autres possibilités professionnelles de « la personne concernée », l’école ne souhaite pas faire de commentaire supplémentaire. Dans un courriel adressé aux élèves, l’établissement a également demandé explicitement à ceux-ci de faire preuve de la retenue nécessaire. Le conseil d’administration de l’école voudrait ainsi éviter que les images finissent par être vues par des élèves plus jeunes.