Abonnez-vous pour 1€

Durbuy: Une peine de travail de 360 heures pour le chauffard qui a tué Joachim Vieuxtemps

Joachim Vieuxtemps.
Joachim Vieuxtemps. - D.R.

Philippe V. devait y répondre de l’accident mortel ayant coûté la vie à Joachim Vieuxtemps, un Durbuysien de 36 ans, le 22 septembre 2018 à Petit-Han. Le prévenu sortait d’un bar quand sa voiture est entrée en collision frontale avec le véhicule de la victime, à hauteur d’un virage. Poursuivi pour imprégnation alcoolique au volant et homicide involontaire entre autres, le chauffard n’a cessé de contester sa responsabilité tout au long du procès, multipliant les procédures pour essayer de renverser une partie de la faute sur la victime.

Semer le doute

Après avoir commandité une contre-expertise pour remettre en doute le rapport judiciaire selon lequel il s’était déporté sur l’autre bande au moment de l’impact, Philippe V. s’était attaqué à la réputation de Joachim Vieuxtemps en demandant que le casier judiciaire de ce dernier ainsi qu’une enquête de moralité soient joints au dossier. Le but de la démarche : semer le doute dans l’esprit du tribunal. Un doute qui doit toujours profiter au prévenu.

Mais les informations jointes au dossier n’avaient au final rien révélé de très détonnant. Lundi, le tribunal de police a finalement déclaré l’ensemble des préventions établies. Dont celle d’intoxication alcoolique avec récidive et aggravation, et celle d’homicide involontaire.

360 heures de TIG

Le prévenu écope de deux peines de travail pour un total de 360 heures. Une peine bien différente des trois ans d’emprisonnement réclamés par le ministère public dans son réquisitoire. « La peine de travail constitue une peine et son exécution n’est pas anodine », précise le juge dans son prononcé. « À chaque heure de son exécution, le prévenu pourra mesurer la gravité des faits qu’il a commis. » En cas de non-exécution, Philippe V. s’expose à une peine d’emprisonnement subsidiaire d’une durée pouvant aller jusque 3 ans. À cela s’ajoute une déchéance du droit de conduire de 3 ans avec sursis pour 27 mois, et le placement d’un éthylotest anti-démarrage sur sa voiture.

Notre sélection vidéo