Abonnez-vous pour 1€

Le financier belge Georges Ugeux tire le bilan de la crise du coronavirus: «L’argent ne résout pas tout: laissez-nous vivre!»

A droite, le Belge Georges Ugeux, ancien vice-président de Wall Street et actuel PDG de la banque d’investissement Galileo Global Advisors
A droite, le Belge Georges Ugeux, ancien vice-président de Wall Street et actuel PDG de la banque d’investissement Galileo Global Advisors - Belga image & DR

Concert dans une église, bar clandestin, manifestations pacifiques en rue : les Belges commencent à se rebeller, cela vous étonne-t-il ?

C’est sain de voir cela, sinon, on va tous déprimer ! Les Belges ont en tout cas fait preuve d’une extraordinaire patience jusqu’ici, en acceptant les mesures du 2e confinement. Confinement qui est le résultat d’un problème de gestion de la crise.

Vous dites que le 2e confinement n’était pas nécessaire ?

Je dis que les gouvernants n’ont pas fait le bilan, cet été, du premier confinement. Bilan économique, bilan des problèmes humains, sociaux, psychologiques. Pendant 6 mois, les transports, le tourisme, le sport, les concerts, l’horeca…, tous ces secteurs qui souffraient le plus lors du 1er confinement, ont fourni de gros efforts de restriction à la réouverture pour assurer la sécurité sanitaire. Malgré cela, on leur a fermé la porte, on ne les a pas écoutés…

Il y a eu le changement de gouvernement juste avant la 2e vague…

D’accord, mais je vous répondrai qu’ils n’ont pas réussi à former un gouvernement en première phase. Le monde politique ne sort pas grandi de cette crise.

Qu’est-ce qui vous inquiète le plus ?

Retrouvez l’interview complète ici

Notre sélection vidéo