Abonnez-vous pour 1€

Deux jeunes hommes sont jugés pour avoir torturé un homme à Hasselt qui les avait hébergés

Deux jeunes hommes sont jugés pour avoir torturé un homme à Hasselt qui les avait hébergés.
Deux jeunes hommes sont jugés pour avoir torturé un homme à Hasselt qui les avait hébergés. - Prétexte Image Icopix

La victime et les deux accusés se sont rencontrés dans le foyer pour sans-abri. Lorsqu'il a pu trouver un logement à louer, les deux jeunes hommes sont venus frapper à sa porte. Fin août 2018, il a voulu les faire sortir de la maison parce qu'il n'était plus à l'aise pour vivre ensemble.

Les deux auteurs l'ont attaché à un radiateur dans sa maison de la « Kempische Steenweg » à Hasselt. Une serviette était attachée à sa bouche et de l'eau était versée sur son visage. Les auteurs l'ont battu et lui ont donné des coups de pied. Les faits ont également été filmés avec un smartphone.

La victime a inventé une excuse selon laquelle les gens arriveraient le lendemain. S'ils ne l'avaient pas détaché, les faits auraient été mis en lumière. Ce faisant, il a réussi à mettre un terme à la torture. Par peur, la victime n'a pas immédiatement signalé ce qui lui était arrivé.

La victime, assistée par l'avocat Christophe Daerden, est actuellement en détention pour vol. Les deux avocats de la défense, Francis Mens et Peter Donné, se sont demandés où se trouvaient les images dans le dossier. Les conseils ont demandé à pouvoir voir les images en premier. Le juge a donné son accord. L'affaire est maintenant reportée au 18 mai.

Les deux jeunes gens, âgés de 20 ans, sont actuellement en prison parce qu'ils sont soupçonnés d'avoir assassiné Han van Wordragen, 56 ans, à Hasselt, président de l'organisation à but non lucratif Goed. Van Wordragen a été retrouvé mort dans une rue proche de la Voogdijstraat le 27 septembre 2018. Dans sa maison de location de la Salvatorstraat, il a accueilli des jeunes hommes ayant des problèmes de dépendance. Van Wordragen s'était battu avec eux et voulait les expulser. Lors d'une dispute, la victime a été battue. Il aurait ensuite été étranglé, puis poignardé.

Notre sélection vidéo