Abonnez-vous pour 1€

Cinq ans requis contre un homme de 45 ans pour des attentats à la pudeur, viols et coups envers son ex-belle-fille à Beauraing

Devant le tribunal correctionnel.
Devant le tribunal correctionnel. - ILLU/JLP

Cinq ans de prison ont été requis, mercredi par le parquet de Namur devant le tribunal correctionnel de Dinant, à l’encontre d’un homme né en 1976 poursuivi pour des attentats à la pudeur, viols et coups commis sur son ancienne belle-fille, née en 2000, entre le 1er janvier 2013 et le 17 février 2017 à Beauraing.

Une partie des faits que subissait la victime a été dénoncée par sa sœur, auprès d’un éducateur de son école. « Elle a déclaré qu’elle était maltraitée et a également dit que son beau-père voulait qu’elle participe aux ébats sexuels des parents », a indiqué le parquet de Namur.

Selon le ministère public, le prévenu a notamment imposé une centaine de fellations à sa belle-fille, âgée de 13 ans au moment des premiers faits. « Les faits ont duré jusqu’aux 17 ans de la victime qui gardait le silence à cause du régime de terreur que son beau-père faisait régner.

Il reconnaît

À titre d’exemple, il a saccagé la chambre de son beau-fils à la hache car celui-ci était un soir rentré trop tard. Il a par ailleurs privé sa belle-fille de relation avec son petit ami. Quand il a vu qu’elle lui envoyait un message, il l’a frappée, a cassé son GSM, brûlé son abonnement de bus et l’a changée d’école », a précisé la partie civile.

Le prévenu a reconnu les faits mais assure qu’ils ont débuté lorsque sa belle-fille avait 16 ans. « Elle me faisait déjà des propositions alors qu’elle avait 15 ans mais j’ai toujours refusé. Jusqu’au jour où j’ai craqué », a-t-il expliqué.

La défense a insisté sur la nécessité, pour son client, de poursuivre un suivi thérapeutique et a en ce sens demandé un sursis probatoire.

Le jugement est attendu le 17 mars.

BELGA

Notre sélection vidéo