Abonnez-vous pour 1€

La Communauté germanophone en «sous-entité»? Pas acceptable, dit Oliver Paasch

La Communauté germanophone en «sous-entité»? Pas acceptable, dit Oliver Paasch
Belga

Dans un courrier à l’attention de la ministre de l’Intérieur, le chef du gouvernement germanophone fait part de son mécontentement face au modèle proposé par Annelies Verlinden qui envisage une structure étatique constituée de deux entités (la Flandre et la Wallonie) et de deux « sous-entités » (Bruxelles et la Communauté germanophone).

« Un modèle dans lequel la Communauté germanophone serait une « sous-entité » n’est pas une option acceptable », indique le cabinet d’Oliver Paasch dans un communiqué de presse.

Le ministre-président rappelle ainsi la position de la Communauté germanophone par rapport à une nouvelle réforme de l’Etat alors que les ministres Verlinden et Clarinval ont déjà consulté les entités fédérées à ce sujet. « Le 12 janvier dernier, lors d’un entretien personnel, Oliver Paasch a clairement indiqué que la Communauté germanophone ne pourrait se reconnaître que dans une structure étatique au sein de laquelle elle serait considérée comme un partenaire bénéficiant des mêmes droits et compétences que les autres entités fédérées ».

Une position établie et soutenue par deux résolutions, approuvées par le Parlement, qui ont été jointes au courrier adressé à la ministre.

Oliver Paasch espère que la position des Belges germanophones sera prise en compte lors des discussions et négociations en vue d’une éventuelle nouvelle réforme de l’Etat.

Notre sélection vidéo