Abonnez-vous pour 1€

Le procureur du Roi de Liège demande d’interdire la vente de gaz hilarant aux mineurs

Le procureur du Roi de Liège demande d’interdire la vente de gaz hilarant aux mineurs
Belga

Dans sa lettre, le procureur du Roi explique que la zone de police est confrontée à une problématique grandissante de consommation excessive de gaz hilarant chez les mineurs. Le protoxyde d’azote reste toutefois légal et est, par exemple, utilisé dans le domaine médical, notamment pour ses propriétés anesthésiques et analgésiques. Une fois inhalé à travers un ballon, il permet de ressentir un effet euphorisant, ce qui pose des problèmes en termes de sécurité routière.

Selon une récente enquête menée par l’Institut de sécurité routière Vias, un jeune conducteur sur sept âgé de 18 à 34 ans consommerait mensuellement du protoxyde d’azote avant de prendre le volant.

Une réunion sous l’égide du directeur général adjoint est prévue avec les différents services concernés, dont la police, au début du mois de mars afin d’aborder le sujet, précise le cabinet du bourgmestre liégeois. «La problématique est connue et diverses pistes doivent encore être étudiées pour voir comment protéger au mieux les mineurs: interdiction de vente, saisie du matériel, etc.»

Le 4 février dernier, la Chambre avait approuvé en séance plénière une proposition de loi du MR, co-signée par le CD&V et la N-VA, visant notamment à interdire la vente de ces capsules aux mineurs de moins de 18 ans. Cette loi, approuvée à l’unanimité, n’entrera toutefois en vigueur qu’un an après sa publication au Moniteur belge pour laisser le temps aux commerçants de s’adapter.

Notre sélection vidéo