Abonnez-vous pour 1€

Après un mois d’espoir, la terrible nouvelle est finalement tombée pour Philippe, 58 ans: «Il aimait énormément les Ardennes»

Après un mois d’espoir, la terrible nouvelle est finalement tombée pour Philippe, 58 ans: «Il aimait énormément les Ardennes»

Cela faisait plus d’un mois que les proches de Philippe Callens étaient sans nouvelle de lui. Le quinquagénaire était porté disparu depuis le mois de janvier à Anvers. Finalement, mardi, ce que tout le monde craignait s’est produit : son corps sans vie a été retrouvé à la Roche-aux-Faucons.

L’alerte a été donnée par deux jeunes filles qui faisaient un trek, et qui sont tombées sur l’homme. Pour l’heure, les circonstances exactes de ce drame ne sont pas connues. Des devoirs d’enquête permettront sans doute de lever le voile sur les événements. Mais, à première vue, il semblerait qu’il n’y ait pas eu d’intervention d’un tiers et il semblerait que la victime ait fait une mauvaise chute.

Son amie, Frieda Van Vlaenderen, confirme d’ailleurs au Laatste Nieuws que l’homme était parti en randonnées dans les Ardennes en janvier dernier. « Philippe aimait énormément les Ardennes. Il vivait à Anvers mais voulait partir parce que la situation politique de la ville ne lui convenait plus. Il a fini par vouloir vivre dans les Ardennes », déclare-t-elle.

Un rêve qui n’a malheureusement pas pu se concrétiser. « Dernièrement, il était souvent seul », ajoute Frieda. « Ça doit être aussi à cause de la pandémie. Mon mari a eu le coronavirus et en a gravement souffert. Philippe nous appelait presque tous les jours pendant cette période et voulait tout savoir sur son état. Il avait probablement aussi une certaine crainte d’attraper le virus. Il a bien respecté les règles et est parti seul dans les Ardennes », conclut-elle.

Notre sélection vidéo