Abonnez-vous pour 1€

La ville haute, le gros point noir en matière de criminalité

Les actions menées contre le trafic de rue n’ont pas cessé, en 2020, et se poursuivent cette année.
Les actions menées contre le trafic de rue n’ont pas cessé, en 2020, et se poursuivent cette année. - Archives Sudpresse

« De façon globale, on a assisté, en effet à une baisse systématique de nombreux pans d’activités criminelles », explique-t-il. Ce qui ressort s’inscrit évidemment dans les deux confinements que l’année 2020 aura connus.

À cet égard, le contrôle sur les personnes en séjour illégal est exemplatif : « C’était flagrant encore plus lors du premier confinement, très restrictif : seuls les vendeurs et les consommateurs étaient visibles, peut-on dire », poursuit le porte-parole, « et c’est donc sur eux que se sont portés la grande majorité des contrôles. Contrôles auxquels il faut ajouter ceux liés au non-respect des mesures Covid. »

>> La toxicomanie et la vente de drogue en rue a son chef-lieu, on le sait, et il est en plein centre-ville, à Charleroi.

>> En périphérie, Marchienne, Gosselies et Gilly sous l’œil de la police

>> À Fleurus, la place Albert et la plaine aux barbecues attirent l’attention

Notre sélection vidéo