Abonnez-vous pour 1€

Pour Rajae Maouane, il est grand temps de donner des perspectives aux jeunes: «On doit passer d’une gestion de crise à une gestion du risque»

Rajae Maouane, coprésidente d’Ecolo, s’unquiète pour les jeunes.
Rajae Maouane, coprésidente d’Ecolo, s’unquiète pour les jeunes. - Elio Germani

Alors qu’un nouveau Comité de concertation a lieu ce vendredi, Ecolo appelle à changer la gestion de cette crise. « Avant de parler du déconfinement, il faut avant tout remercier et encourager les Belges. Parmi les 11 millions de Belges, une très large majorité a fait preuve d’un grand respect de mesures sanitaires, de patience et d’une impressionnante solidarité malgré une situation intense et exceptionnelle. Entre les jeunes et les moins jeunes, entre la population et le secteur des soins de santé, on a vraiment vu la solidarité s’installer. C’est vivifiant. Au-delà du merci, on peut enfin leur dire qu’on a de l’espoir », explique Rajae Maouane, coprésidente d’Ecolo.

« On voit que la stratégie de vaccination avance bien. À Bruxelles, par exemple, toutes les maisons de repos qui le souhaitaient ont reçu leurs deux doses de vaccin. On a également plus de connaissances sur le virus ce qui augmente efficacement la manière de le traiter et de l’appréhender. Tout cela laisse penser que des perspectives plus heureuses arrivent. Pour nous, il est donc clairement temps qu’on passe de la gestion de la crise à la gestion du risque. »

> Cette nouvelle gestion offrira de nouvelles perspectives  : « On défend la volonté de passer dans une phase où on apprend à vivre avec le virus. »

> Pour Ecolo, les jeunes ont été très durement impactés par cette crise sanitaire : Rajae Maouane nous explique et évoque des solutions.

> Elle nous parle également des contacts et de la culture  : « On peut commencé à élargir la bulle si les chiffres se maintiennent. »

Notre sélection vidéo